Publié

Covid au LuxembourgLa vaccination dans le bus, une affaire qui roule

MONDORF-LES-BAINS - Dimanche, le bus de vaccination, qui faisait étape au stade John Grün, a permis d'administrer des dizaines de doses. «L'essentiel» y était.

«Durant l’année universitaire, je n’ai pas pu me faire vacciner contre le Covid, j’avais besoin de mon bras pour le sport», détaille Éric, 21 ans. Dimanche, le jeune homme, accompagné de sa petite amie déjà vaccinée, profitait donc du service de vaccination Impf-Bus. Les bus du ministère de la Santé sont en tournée depuis début août et des dates doivent être programmées en septembre.

Ce week-end, un des véhicules était garé au stade John Grün, à Mondorf-les-Bains. À l'intérieur, tout est rodé, les bénéficiaires échangent à une table avec les soignants, reçoivent l'injection à l'abri des regards derrière un rideau, puis sortent s'asseoir quinze minutes sur une chaise protégée par une tonnelle. «Selon l'événement ou le lieu, on vaccine environ une centaine de personnes. Au Glacis, on est même montés à 200, relate le Dr Thibaud, un des soignants de l’équipe. Les gens ont le choix entre Johnson & Johnson qui ne nécessite qu’une dose, et Pfizer. Pour le second, ils peuvent faire leur deuxième dose chez le généraliste ou au centre de vaccination au Hall Victor Hugo».

«Gratuit et sans rendez-vous»

Les profils et les motivations des personnes qui faisaient déjà la file à 15h dès l’arrivée du bus étaient très variés. «J’ai un match de foot à 16h, je n’aurai pas d’effet secondaire, se convainc Raphaël, 37 ans. Je n’ai pas mal au bras», déclare-t-il en sortant du bus. «Je suis bien content qu’on soit dimanche, si je me sens faible, je pourrai me reposer», raisonne pour sa part André, 33 ans.

Liliane, 52 ans, frontalière allemande, vient faire vacciner son fils de 13 ans «avant la rentrée scolaire». Marta, 27 ans, frontalière française, a voulu attendre de voir si les vaccins étaient «sûrs» avant de se faire injecter. Claude, 43 ans, lui n’a pas pu se faire vacciner plus tôt, «j’avais une inflammation dentaire», explique-t-il. «Les retours sont très bons, avance le Dr Thibaud. Les gens apprécient que ce soit gratuit et sans rendez-vous».

(L'essentiel/Séverine Goffin)

Ton opinion