Luxembourg – La vaccination obligatoire n'est «pas exclue»
Publié

LuxembourgLa vaccination obligatoire n'est «pas exclue»

LUXEMBOURG - Alors que plusieurs pays européens font le choix de l'obligation vaccinale, le Luxembourg «met tout en place pour ne pas y arriver». Mais il ne l'exclut plus...

Le gouvernement veut que les non-vaccinés franchissent le pas.

Le gouvernement veut que les non-vaccinés franchissent le pas.

AFP

Le futur chancelier allemand Olaf Scholz s'est dit mardi favorable à une vaccination obligatoire contre le Covid-19 pour enrayer la flambée d'infections dans son pays. Une décision déjà prise par son voisin autrichien, mais également par la Grèce pour les personnes de plus de 60 ans. Malgré une réticence affirmée par les autorités depuis plusieurs mois, le sujet ne semble plus tabou au Luxembourg, où le Premier ministre Xavier Bettel s'est montré moins affirmatif que d'accoutumée sur la question...

«Si avec ces mesures, ça n'augmente pas...»

En clair, le gouvernement n'est pas pour une obligation a priori, mais face à la réticence d'une partie de la population, il pourra prendre la décision qui fâche. Lundi, le Luxembourg a annoncé un large renforcement du système du CovidCheck avec désormais la nécessité d'être vacciné ou guéri pour entrer dans un bar, dans un restaurant ou pour participer à un concert. Le passe sanitaire 3G (vacciné, guéri ou testé) sera également introduit dans le monde du travail.

«Je ne m'attends pas à recevoir des applaudissements»

Plus tôt au mois de novembre, la ministre de la Santé avait pourtant avancé la nécessité de ne pas «ajouter de la polémique» en prenant des mesures radicales. Il y a quelques semaines, les marches blanches contre les mesures Covid avaient rassemblé plusieurs milliers de personnes. Le ton a changé. «Je ne m'attends pas à recevoir des applaudissements», a affirmé avec lucidité Xavier Bettel, qui a rappelé le risque de formes graves auquel s'exposent les personnes non vaccinées.

«Les citoyens ont le droit de manifester, nous vivons dans un pays libre. Mais je ne leur souhaite pas de terminer à l'hôpital en soins intensifs. Les infirmières me disent que c'est horrible. Les gens meurent en étouffant», a-t-il conclu. Un autre argument pour convaincre, encore...

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion