Open d'Australie – La vidéo virale qui sème le malaise à Melbourne
Publié

Open d'AustralieLa vidéo virale qui sème le malaise à Melbourne

Une vidéo, devenue virale, montre le zèle des agents de sécurité face à un tee-shirt «Où est Peng Shuai?». Tennis Australia se défend maladroitement.

Tennis Australia vit décidément des heures mouvementées. Après les accusations légitimes sur le rôle joué par l’organisation dans l’exemption accordée à Novak Djokovic, Craig Tiley et son équipe se retrouvent à gérer une polémique politico-marketing. Dans une vidéo publiée sur Tik Tok samedi, une femme se voit en effet refuser l’entrée de Melbourne Park à cause d’un tee-shirt qui affiche son soutien à Peng Shuai, finaliste dans ce stade en 2017 et dont le statut continue de susciter l’inquiétude depuis ses accusations d’agression sexuelle à l’encontre de l’ancien vice-premier ministre Zhang Gaoli en novembre.

Même si une vidéo ne révèle pas tout, la dame qui porte ce tee-shirt n’a rien d’une dangereuse activiste. Elle se voit pourtant obligée d’enlever cet habit «inapproprié» par la sécurité du tournoi avant qu’un officier de police ne lui explique la décision. «Tennis Australia édicte les règles (sur le site de Melbourne Park) et, peu importe vos arguments – je ne dis par que vous n’avez pas le droit de penser ça – mais Tennis Australia édicte les règles et il faut les respecter.» Le message est clair. À l’intérieur de Melbourne Park, l’ensemble des joueurs, coaches et dirigeants du tennis ont le droit d’afficher leur soutien à la spécialiste de double chinoise. Mais pas les spectateurs. Étrange.

Les joueuses s’inquiètent

«J’essaie de me mettre à sa place et ça m’effraie un peu, avait réagi Naomi Osaka durant la semaine. J’ai envie de mettre ma voix à disposition, au moins pour attirer l’attention et poser les bonnes questions.» Un peu comme cette spectatrice. «Je trouve que la situation n’avance pas trop, nous n’avons pas de nouvelles, s’est inquiétée de son côté Victoria Azarenka. Il faut continuer à faire le maximum pour s’assurer qu’elle va bien.»

Est-ce aussi la stratégie de Tennis Australia? Oui, selon le communiqué que la fédération s’est empressée de diffuser ce dimanche; mais alors à la manière du CIO, en silence. «Selon les conditions d’entrée sur nos billets, nous n’autorisons pas les vêtements, banderoles ou pancartes commerciaux ou politiques. Mais la sécurité de Peng Shuai reste notre priorité. Nous continuons à travailler avec la WTA et la communauté mondiale du tennis pour obtenir des clarifications sur sa situation et nous ferons tout notre possible pour assurer son bien-être.»

Une prise de position qu’il faut sans doute compléter avec ce constat. L’un des quatre sponsors principaux de l’Australian Open, avec Kia, Rolex et Emirates, est le géant de l’alcool distillé chinois Luzhou Laojiao.

(L'essentiel/Mathieu Aeschmann)

Ton opinion