A Luxembourg-Ville – La Ville menace de faire saisir les trottinettes

Publié

À Luxembourg-VilleLa Ville menace de faire saisir les trottinettes

LUXEMBOURG - Lydie Polfer, bourgmestre de la capitale, regrette la méthode de l'entreprise qui a installé des trottinettes en libre-service. Et menace de les faire saisir.

La Ville ne compte pas changer de créneau, elle ne soutient pas «ce genre d'initiative».

La Ville ne compte pas changer de créneau, elle ne soutient pas «ce genre d'initiative».

Editpress

Plusieurs trottinettes électriques, accessibles en libre-service, ont été installées dans la nuit de lundi à mardi, entre le Glacis et le Kirchberg, dans la capitale. Une initiative surprise qui pouvait ravir quelques futurs utilisateurs mais qui posait question jusque dans les services de la Ville. Interrogée par L'essentiel mercredi après-midi, la bourgmestre Lydie Polfer ne cachait pas son agacement: «Depuis deux ans, nous avons reçu sept demandes de prestataires pour des trottinettes, à chaque fois nous avons répondu que cela ne nous intéressait pas. Y compris à l'entreprise Bird, à la fin du mois de mai 2019!».

Mais alors comment les trottinettes ont-elles pu se retrouver sur la voie publique mardi? «L'entreprise nous a envoyé un mail à 18h52 lundi soir pour annoncer qu'ils allaient se lancer», répond Lydie Polfer. Bird exploiterait une faille juridique qui rendrait son installation légale. Mais sauvage selon la bourgmestre. «Ce n'est pas très correct. Nous avons été mis sur le fait accompli, le Fonds d'urbanisation du Kirchberg n'a pas été informé non plus», développe Mme Polfer.

«Elles peuvent tomber sur la route ou les voies du tram»

Et la Ville ne compte pas changer de créneau, elle ne soutient pas «ce genre d'initiative». «Les trottinettes électriques représentent un danger, elles soulèvent trop de question de sécurité! Et comment vont-elles se retrouver dans le paysage maintenant?», énumère la bourgmestre: «Nous avons déjà constaté que certaines sont laissées là, en bordure de trottoir, un coup de vent et elles peuvent tomber sur la route ou les voies du tram...».

La municipalité prévient donc qu'elle essaye de nouer le contact avec l'entreprise responsable des trottinettes pour trouver un compromis. Encadrer l'usage et surtout sécuriser tout cela. Si ce n'est pas le cas dans les prochaines heures, Lydie Polfer menace d'utiliser la législation pour faire saisir par la police ces trottinettes, considérées alors comme tout objet qui représenterait un danger sur l'espace public.

(L'essentiel/Nicolas Chauty)

Ton opinion