Pétitions électroniques – La violence contre les animaux évaluée en octobre
Publié

Pétitions électroniquesLa violence contre les animaux évaluée en octobre

LUXEMBOURG - Deux commissions se réuniront à l'automne pour débattre des deux e-pétitions concernant la maltraitance des animaux. Le débat avait été lancé en juin dernier sur Internet.

Les pétitions en ligne ont la cote au Grand-Duché. Deux d'entre-elles consacrées à la maltraitance des animaux ont franchi le cap des 4 500 signatures et seront débattues en commission, dès le mois d'octobre.

Les pétitions en ligne ont la cote au Grand-Duché. Deux d'entre-elles consacrées à la maltraitance des animaux ont franchi le cap des 4 500 signatures et seront débattues en commission, dès le mois d'octobre.

Deux pétitions publiques sensibles au bien-être des animaux ont fait mouche auprès des internautes luxembourgeois ces derniers mois. En juin, les pétitions numérotées 331 («Protéger les animaux et punir plus lourdement la cruauté contre les animaux») et 354 («Sanctionner sévèrement les bourreaux d'animaux») ont dépassé en très peu de temps la barre des 4 500 signatures. Un cap permettant l'ouverture d'un débat public à la Chambre des députés.

Deux commissions, celle des pétitions présidée par Marco Schank, et celle de l'agriculture, de la viticulture, du développement rural et de la protection des consommateurs présidée par Gusty Graas, ont décidé de se réunir le lundi 6 octobre 2014, dès 14h, à la salle plénière de l'Hôtel de la chambre. Pour rappel, les deux auteurs sont Éric Henn (331) et Daniel Frères (354).

Tram et bourses déjà débattus

L'affaire du chat maltraité le 11 février dernier avait déjà suscité l'émoi dans le pays. «Tous les jours nous sommes confrontés à des cas de maltraitance et de plus en plus à des situations graves. On peut recevoir une dizaine de plaintes par semaine. Je crois que les gens en ont marre», avait rappelé Tania Jaanisoo, présidente de l'Alpa, l'«Association luxembourgeoise pour la protection des animaux», interrogée par L'essentiel.

Ces deux pétitions ne sont pas les premières à être débattues. Le sujet brûlant du tram avait également fait l'objet d'un débat en mai dernier. Les députés avaient alors rejeté l'idée d'un référendum. Le 19 juin, c'était au tour de la pétition sur l'augmentation des bourses étudiantes d'être discutée et de subir le même sort.

(FL/L'essentiel)

Ton opinion