Wesley Sneijder – «La vodka est devenue ma meilleure amie»
Publié

Wesley Sneijder«La vodka est devenue ma meilleure amie»

Dans son autobiographie, Wesley Sneijder évoque sa période d’égarement lorsqu’il évoluait au Real Madrid.

Wesley Sneijder a évolué au Real Madrid entre 2007 et 2009.

Wesley Sneijder a évolué au Real Madrid entre 2007 et 2009.

KEYSTONE

«J’aurais pu devenir comme Messi ou Ronaldo.» Au cours d’un entretien accordé au journaliste italien Gianluca Di Marzio il y a quelques semaines, Wesley Sneijder était revenu sur sa - riche - carrière, marquée par une année 2010 extraordinaire entre le triplé Ligue des champions-championnat-Coupe avec l’Inter Milan, une finale de Coupe du monde avec les Pays-Bas et un Ballon d’Or qui lui a échappé de peu. Il s’était notamment confié sur son penchant pour les petits plaisirs de la vie qui, selon lui, l’ont empêché de mener une carrière à la hauteur de son talent.

L’ancien milieu offensif, retraité des terrains depuis un an, s’épanche encore un peu plus dans son autobiographie à paraître prochainement. Il revient notamment sur son passage au Real Madrid (2007-2009), particulièrement agité.

Recadré par Van Nistelrooy et Robben

«Je ne me suis pas rendu compte que je me laissais avoir par la vie nocturne madrilène. J’étais jeune, j’étais le centre d'attention, raconte-t-il dans des propos rapportés par Voetbal International. Cela s’est mal passé ensuite. Je n’ai pas pris de drogue, mais je n’ai pas résisté à grand-chose non plus. Je dépensais des milliers d’euros. Mon mariage a volé en éclats, je ne voyais plus mon fils. La bouteille de vodka est alors devenue ma meilleure amie. Physiquement j’étais moins bien mais je compensais par mon placement et ma technique. Je pensais que cela ne se voyait pas mais un jour Van Nistelrooy et Robben sont venus me dire que si ça continuait ainsi, ma carrière ne durerait pas longtemps.»

Sneijder a visiblement pris en considération les conseils de ses deux compatriotes, bien qu’il ne soit jamais devenu un modèle d’athlète pour autant.

(L'essentiel/Sport-Center)

Ton opinion