Belgique – L’abdication du roi n’est «pas à l'ordre du jour»
Publié

BelgiqueL’abdication du roi n’est «pas à l'ordre du jour»

Le palais royal belge a nié mardi la rumeur selon laquelle Albert II pourrait abdiquer en faveur de son fils Philippe, après qu'un quotidien flamand eut fait état d'un tel scénario.

Le chef du parti indépendantiste flamand N-VA, Bart De Wever a rencontré le roi lundi. (AFP)

Le chef du parti indépendantiste flamand N-VA, Bart De Wever a rencontré le roi lundi. (AFP)

«La question n'est pas à l'ordre du jour», a déclaré à l'AFP le porte-parole du Palais, Pierre-Emmanuel De Bauw, interrogé sur le contenu de cet article du journal libéral néerlandophone Het Laatste Nieuws. Selon le journal, le monarque aurait eu le projet de quitter ses fonctions en décembre prochain au profit de son fils aîné, le prince Philippe de Liège, mais l'aurait abandonné en raison de l'aggravation au printemps de la grave crise institutionnelle que traverse le pays depuis trois ans. M. De Bauw s'est refusé à tout commentaire supplémentaire sur ce sujet.

Le prince Philippe est une personnalité plus controversée, surtout en Flandre, que son père qui a accédé au trône en 1993 et bénéficie d'une bonne popularité dans le pays. Le roi a entamé mardi un nouveau cycle de consultations des dirigeants politiques du pays après l'échec la veille de la mission de «clarification» confiée au chef du parti indépendantiste flamand N-VA, Bart De Wever, sorti vainqueur des élections de juin 2010.

Les trois partis francophones impliqués depuis plus de quatre mois dans des négociations sur la réforme des institutions belges ont refusé ce que M. De Wever présentait comme une base de compromis, mais qu'eux ont jugé déséquilibré en faveur des thèses autonomistes flamandes.

L’essentiel Online avec AFP

Ton opinion