Guerre en Ukraine – «Laissez-moi le voir juste un peu, mon fiston»

Publié

Guerre en Ukraine«Laissez-moi le voir juste un peu, mon fiston»

Tout près du village de Bouzova, non loin de Kiev, une mère ukrainienne a vécu la terrible épreuve de découvrir le cadavre de son garçon.

Il a finalement fallu l’intervention de quatre hommes pour éloigner l’Ukrainienne du corps de son fils.

Il a finalement fallu l’intervention de quatre hommes pour éloigner l’Ukrainienne du corps de son fils.

AFP

À genoux par terre, près d’une station essence pulvérisée par un bombardement à 15 kilomètres de Kiev, elle pleure son fils de 23 ans, dont elle vient de découvrir son corps dans une fosse. «Laissez-moi le voir juste un peu», supplie l’Ukrainienne, tandis qu’une femme tente de l’entraîner à l’écart. «Mon fiston.» Tout près du village de Bouzova, dans un trou creusé dans la terre, le corps d’Evgueni est déformé par l’eau, couvert de boue et caché par un matelas de couchage de l’armée.

A Ukrainian mother is comforted by relatives after the body of her son was discovered in a manhole at a petrol station in the outskirts of the Buzova village, west of Kyiv, on April 10, 2022. - At least two bodies, appearing to be clad in a mix of civilian and military clothing, were discovered in a manhole at the back of a destroyed motorway petrol station. (Photo by Sergei SUPINSKY / AFP)

AFP

Mais sa mère l’a reconnu tout de suite par ses chaussures. «Je ne partirai pas d’ici», répète-t-elle, en agrippant les décombres autour d’elle. Non loin, veillent les vestiges de deux chars déchiquetés par les combats. Depuis que Vladimir Poutine a ordonné à ses troupes de mettre fin à une offensive contre la capitale, les autorités ukrainiennes reprennent le contrôle des villages avoisinants, accusant les Russes d’y avoir commis des «massacres».

Residents look at a destroyed Russian tank on the outskirts of Buzova village, west of Kyiv, on April 10, 2020. -  (Photo by Sergei SUPINSKY / AFP)

AFP

Les images de vingt cadavres vêtus de vêtements civils dans une rue, l’un les mains liées dans le dos, à Boutcha, ont fait le tour du monde, les autorités ukrainiennes dénonçant un «crime de guerre». Le Kremlin, de son côté, a affirmé qu’il s’agissait d’une «mise en scène» orchestrée par les Ukrainiens. Dans d’autres villages proches de la capitale, d’autres scènes d’exactions sont découvertes au fur et à mesure de leur reprise par l’armée ukrainienne.

Dimanche, la justice du pays a affirmé que 1 222 personnes avaient été tuées dans la région de Kiev depuis le début de l’invasion, sans préciser s’il s’agissait uniquement de civils. À Bouzova, l’une des représentantes du village Lioudmila Zakablouk assure qu’Evgueni ainsi que son compagnon d’infortune étaient membres des Forces de défense territoriales, une unité de réserve de l’armée ukrainienne. Ils étaient portés disparus depuis le 16 mars.

EDITORS NOTE: Graphic content / Ukrainian rescuers recover a body discovered in a manhole at a petrol station in the outskirts of the Buzova village, west of Kyiv, on April 10, 2022. - At least two bodies, appearing to be clad in a mix of civilian and military clothing, were discovered in a manhole at the back of a destroyed motorway petrol station. (Photo by Sergei SUPINSKY / AFP)

AFP

«Mon cœur est si lourd», soupire Lioudmila Zakablouk. «Quelle horreur! Comment est-ce possible de faire de telles choses?» Si la cause du décès des deux hommes n’a pas pu être établie dans l’immédiat, des traces de sang maculaient la tête de l’un d’eux. L’exécution de prisonniers de guerre est interdite par la Convention de Genève.

Deuil et printemps

Après le siphonnage de l’eau dans la fosse par un camion-citerne, la police entoure le trou d’un ruban rouge et blanc. Puis un homme plonge à l’intérieur. À l’aide d’une fine corde blanche, chaque corps est remonté. Celui du fils de Lioudmila est le plus léger, mais neuf hommes demeurent nécessaires pour le hisser hors de la fosse.

Tout autour, c’est le printemps. Un bourdon s’agite autour de l’un des chars détruits. Des oiseaux entrent et sortent du magasin pillé de la station-essence, leur chant insouciant parvenant jusqu’aux policiers. Mais les cris de douleur de la mère endeuillée résonnent plus fort encore. Alors qu’Evgueni vient tout juste d’être sorti du trou, elle se précipite vers lui. «Laissez-moi le voir», implore-t-elle. «Je veux le voir.» Cette fois, il faut quatre hommes pour la retenir.

(AFP)

Ton opinion

20 commentaires