Cycliste déchu – Lance Armstrong avoue s'être dopé dès ses 21 ans

Publié

Cycliste déchuLance Armstrong avoue s'être dopé dès ses 21 ans

Dans un documentaire qui lui est consacré, le champion déchu indique s’être dopé vers 21 ans, bien avant de remporter les Tours de France qui lui ont été retirés.

Lance Armstrong (ici en 1994 avec son maillot de champion du monde, aux côtés de Miguel Indurain) était probablement dopé dès le début de sa carrière.

Lance Armstrong (ici en 1994 avec son maillot de champion du monde, aux côtés de Miguel Indurain) était probablement dopé dès le début de sa carrière.

AFP/Pascal Pavani

Lance Armstrong a formulé un nouvel aveu. Dans un extrait du documentaire que lui consacre la chaîne ESPN, l’ancien cycliste avoue s’être dopé dès le début des années 1990. À la question de savoir quand il a commencé à se doper, le Texan répond: «Probablement à 21 ans». Né le 18 septembre 1971, cela signifie que le cycliste avait commencé à prendre des produits durant les saisons 1992 ou 1993.

Or, Armstrong n’a été convaincu de dopage que pour la période après 1998, date à partir de laquelle ses titres lui ont été retirés, suite à l’enquête de l’Agence américaine antidopage (USADA), conclue en 2012 et qui avait donné lieu à des aveux de l’intéressé en janvier 2013. S’il a été destitué de ses sept Tours de France gagnés entre 1999 et 2005, Lance Armstrong conserve à son palmarès ses titres antérieurs, notamment le championnat du monde 1993 remporté à Oslo, ou encore la Flèche wallonne 1996.

La meilleure définition du dopage, c’est le fait «de briser les règles», explique encore Armstrong, dans l’extrait dévoilé par ESPN. Il explique aussi qu’il a toujours pris lui-même la décision de se doper, en sachant que c’était illégal. «Je n’ai pas eu un pistolet sur la tempe pour le faire». La chaîne va diffuser le documentaire en deux parties le 25 mai puis le 1er juin. Dans les images déjà diffusées, certains de ses anciens coéquipiers témoignent, comme Tyler Hamilton, Jonathan Vaughters ou encore David Zabriskie. Leurs témoignages avaient contribué à faire tomber l'ancienne icône américaine du cyclisme en 2012.

(jg/L'essentiel)

Ton opinion