Bande dessinée – Largo Winch affronte la nouvelle génération

Publié

Bande dessinéeLargo Winch affronte la nouvelle génération

Le célèbre aventurier de la finance va jusque dans l’espace dans le dernier album, alors que son groupe est contesté par des rivaux et des opposants.

Les discussions au conseil du Groupe W sont parfois animées.

Les discussions au conseil du Groupe W sont parfois animées.

Dupuis

Largo Winch détonne toujours dans le monde des affaires. Dans «La frontière de la nuit», le héros fait encore preuve de grand cœur. Au début de l’album, il mène une inspection incognito dans une mine indonésienne contrôlée par l’une de ses filiales, afin de dénoncer le travail des enfants. «Largo conserve ses valeurs, il a toujours été un type bien», explique Éric Giacometti, le scénariste depuis trois aventures.

Mais autour, le monde change. Une rivalité s’instaure avec un couple de jeunes milliardaire, Jarod et Demetria, plus axés sur les nouvelles technologies ou encore le luxe. Leurs admirateurs n’hésitent d’ailleurs pas à dénoncer la pollution des activités du Groupe W, manifestations à la clef. Quitte à ringardiser Largo. «Il y a de cela, concède Éric Giacometti. Le groupe a pris un coup de vieux, il doit évoluer».

Les personnages évoluent

Dans le cadre d’une âpre négociation, Jarod propose de rencontrer Largo… dans l’espace! Un nouvel univers pour l’héritier de Nerio Winch. «C’est une idée du dessinateur Philippe Francq, je l’ai trouvée excellente», reprend le scénariste. La filiation entre Jarod et Elon Musk est toute trouvée. «Au contraire des milliardaires européens, ceux des États-Unis défraient la chronique. Cela fait de belles histoires, alors que l’on se serait ennuyé avec un magnat de chez nous!», rit Giacometti.

Les personnages secondaires évoluent. Simon Ovronnaz, plus effacé dans les albums précédents, retrouve voix au chapitre. La surprise vient des velléités de départ de Dwight Cochrane, éternel n°2 du groupe Winch, dont le style strict a toujours contrebalancé la fougue de Largo. Mais impossible de savoir si son départ sera effectif: «Vous le saurez dans le prochain album!», lance l’auteur. Comme toujours, les aventures de Winch se présentent en effet sous la forme d’un diptyque. Le suspense reste entier à tous les étages à l’issue de «La frontière de la nuit», qui fait partie des très bons albums de la série.

• «Largo Winch. La frontière de la nuit». Philippe Francq et Éric Giacometti. Dupuis, 14,95 euros.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion