Criminel nazi – Laszlo Csatary ne répond plus à la sonnette

Publié

Criminel naziLaszlo Csatary ne répond plus à la sonnette

Le criminel de guerre nazi le plus recherché du monde, le Hongrois Laszlo Csatary, âgé de 97 ans, vit sous sa véritable identité, à Budapest.

Dans un immeuble moderne du XIIe arrondissement, un quartier huppé de la capitale hongroise, figurent deux noms sur une boîte à lettres: «Csatary/Smith». Ce sont ceux d'une seule et même personne: Laszlo Csatary, le chef de la police au ghetto juif de la ville slovaque de Kosice .

Dans un immeuble moderne du XIIe arrondissement, un quartier huppé de la capitale hongroise, figurent deux noms sur une boîte à lettres: «Csatary/Smith». Ce sont ceux d'une seule et même personne: Laszlo Csatary, le chef de la police au ghetto juif de la ville slovaque de Kosice .

AFP

Le criminel de guerre nazi encore en vie le plus recherché du monde, le Hongrois Laszlo Csatary, âgé de 97 ans coule des jours tranquilles à Budapest depuis dix-sept ans, de plus sous sa véritable identité, et cela en dépit des informations sur son passé transmises à la justice hongroise depuis plus de dix mois par le Centre Simon-Wiesenthal, basé à Jérusalem.

Dans un immeuble moderne du XIIe arrondissement, un quartier huppé de la capitale hongroise, figurent deux noms sur une boîte à lettres: «Csatary/Smith». Ce sont ceux d'une seule et même personne: Laszlo Csatary, le chef de la police au ghetto juif de la ville slovaque de Kosice (Kassa en hongrois, Kaschau en allemand) durant la Seconde Guerre mondiale. 15 700 juifs y avaient été pour certains assassinés et pour l'immense majorité déportés vers le camp d'extermination nazi d'Auschwitz, en Pologne, pendant l'occupation par l'Allemagne nazie de ce qui était alors la Tchécoslovaquie.

Laszlo Csatary en tête de sa liste des criminels de guerre nazis

D'après les documents d'archives du Centre, Laszlo Csatary a traité cruellement les juifs du ghetto, fouettant les femmes et leur faisant creuser des tranchées à mains nues. Selon ses voisins, qui semblent tout ignorer de son passé, Csatary est propriétaire d'un appartement de deux pièces au cinquième étage. «Je croise de temps en temps ce vieux monsieur. Il vit ici depuis longtemps», dit une voisine. «Il ne venait pas aux réunions de copropriétaires, mais il payait toujours ses charges», indique I. Vasarhelyi, ancien syndic de l'immeuble.

En avril, le Centre Simon-Wiesenthal, du nom du célèbre chasseur de nazis, juif autrichien décédé en 2005, et dont les enquêtes dans le monde entier ont permis de retrouver des dizaines de criminels nazis, avait placé Laszlo Csatary en tête de sa liste des criminels de guerre nazis les plus recherchés du monde.

Alimentés en information par ce Centre, des reporters du quotidien britannique The Sun ont retrouvé la trace de l'ancien chef de police et ont réussi à le rencontrer. Selon l'article publié dimanche 15 juillet sur le site en ligne du Sun, le criminel de guerre nazi a déclaré aux reporters: «Je n'ai rien fait, partez d'ici», avant de leur claquer la porte au nez. Depuis lors, Laszlo Csatary ne répond plus aux coups de sonnette.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion