Après l'incendie à Kayl: «Le 11 janvier, on risque vraiment d’être à la rue»

Publié

Après l'incendie à Kayl«Le 11 janvier, on risque vraiment d’être à la rue»

KAYL – Les sinistrés du tragique incendie de Kayl peinent à retrouver un logement et craignent de se retrouver sans toit en janvier.

par
Nicolas Martin
Le 6 décembre, un immeuble de Kayl était frappé par un tragique incendie qui a coûté la vie à un enfant.

Le 6 décembre, un immeuble de Kayl était frappé par un tragique incendie qui a coûté la vie à un enfant.

Editpress

En sortant de l'office social mercredi, Tom* tentait de garder espoir. «On a reçu une aide pour les factures et des conseils pour faire de nouvelles demandes. On contacte les communes, les agences, des organismes… On cherche encore mais on n’a rien. Le 11 janvier, on risque d’être à la rue».

Le 6 décembre, l’immeuble de Tom et sa famille à Kayl était frappé par un tragique incendie qui a coûté la vie à un enfant. Leur logement est parti en fumée. Après quelques jours à l’hôtel, ils ont été relogés provisoirement à Esch-sur-Alzette. Mais cette aide d’urgence prendra bientôt fin. Mercredi, seule une des six familles de l’immeuble avait, selon nos informations, trouvé une solution pérenne.

«Je suis complètement perdu. Nous sommes isolés. On a reçu des réponses du Fonds du logement et de plusieurs communes qui disent qu’elles n’ont rien. À six, c’est encore plus difficile», ajoute Tom, le seul à «parler la langue» dans sa famille d’origine étrangère. Souvent, on lui répond que «toutes les situations sont urgentes». «Je suis conscient que beaucoup de familles ont du mal à se loger, je ne sais plus quoi faire».

1 / 14
06.12 Un incendie a ravagé une résidence de la rue du Commerce dans la nuit de lundi à mardi.

06.12 Un incendie a ravagé une résidence de la rue du Commerce dans la nuit de lundi à mardi.

Marion Mellinger/L'essentiel
Le bilan est lourd: un garçon de 6 ans est décédé et dix personnes ont été blessées.

Le bilan est lourd: un garçon de 6 ans est décédé et dix personnes ont été blessées.

Marion Mellinger/L'essentiel

Marion Mellinger/L'essentiel

«Nous habitons au Luxembourg depuis tout petits»

«Pour l’instant, on cherche des solutions, nous confirme l’office social. Mais comme la commune, nous ne disposons pas de logements». Les dossiers liés au logement sont très nombreux. «On oriente régulièrement des familles vers les frontières, même avec deux salaires minimum», nous confie-t-on.

Tom a forcément songé à franchir la frontière pour se loger en France ou en Belgique, mais «mon frère, malade, va dans un établissement spécialisé au Luxembourg. Mes frères et sœurs sont scolarisés ici. Je travaille et mon père aussi. Comment pourrons-nous les conduire à l’école? Nous habitons au Luxembourg depuis tout petits, nous aimerions rester». Il veut surtout qu’on trouve un toit pour ses proches. «Moi, je me débrouillerai».

«On trouvera une solution, il le faut»

Le bourgmestre de Kayl, Jean Weiler, rappelle que la commune «est responsable du logement provisoire d’urgence», mais qu'elle n'a pas de «solution miracle» et peut «faire l’intermédiaire mais pas se substituer à une agence immobilière. Nous n’avons pas de stocks. J’ai lancé un appel aux propriétaires pour que les logements ne restent pas libres. Les quatre logements temporaires dont dispose la commune sont occupés».

Si des projets de logements abordables sont en cours, «ils ne seront pas prêts demain». Quelques offres de logements ont été reçues par la commune et transmises à l’office social, mais à des tarifs «que ces familles ne peuvent pas se payer», admet le bourgmestre. Mardi, Jean Weiler ne pouvait garantir «que des familles ne seront pas à la rue le 11 janvier». Le bourgmestre assure que les enfants pourront finir l’année dans l’école où ils sont inscrits, même s’ils sont logés ailleurs.

Une prolongation de l’hébergement d’urgence semblait compromise et surtout pas durable, ces logements étant prévus pour des durées très courtes. «On trouvera une solution, il le faut», indiquait l’office social qui croule sous les dossiers. Le temps presse.

* Le prénom a été modifié

Ton opinion

45 commentaires