Succès inattendu – Le Bayern a des ambitions en... basket

Publié

Succès inattenduLe Bayern a des ambitions en... basket

Réputé internationalement pour son équipe de football, le FC Bayern Munich a amorcé une percée dans le basket qui passera mardi par sa deuxième sortie sur la scène européenne.

Un supporter inconditionnel des basketteurs du Bayern: Bastian Schweinsteiger, ici avec sa compagne, lors de la victoire de Munich contre Benetton Trévise (72-62) la semaine dernière.

Un supporter inconditionnel des basketteurs du Bayern: Bastian Schweinsteiger, ici avec sa compagne, lors de la victoire de Munich contre Benetton Trévise (72-62) la semaine dernière.

DPA

De retour parmi l'élite nationale allemande cette saison, l'équipe de basket-ball du Bayern de Munich dirigée par Dirk Bauermann, sélectionneur de la Mannschaft jusqu'à l'Euro-2011 en septembre, a gagné sa place en Eurocoupe à la faveur d'une invitation. Qu'elle a mérité si l'on se fie à sa victoire sur Benetton Trévise (72-62) la semaine dernière.

Le basket au Bayern? C'est en fait une renaissance car les basketteurs munichois ont régné en Allemagne dans les années 1950 (titrés en 54 et 55) et 1960 (Coupe d'Allemagne) alors que le foot accédait à l'élite en 1965. Tombé en désuétude, la section basket doit son retour à la volonté du club de briller dans un autre sport.

Et particulièrement celle du président Uli Hoeness, passionné de ce sport depuis ses années scolaires, d'offrir les moyens à travers le trésor financier du FC Bayern et l'apport des parraineurs du foot. «Je suis fier d'être le président d'un club moderne, ancré dans la tradition mais avec une vision pour le futur», a déclaré Hoeness vendredi, lors de l'assemblée générale annuelle du club, soulignant la place accordée désormais au basket dans la maison bavaroise qui accordait une ovation au coach Bauermann et ses joueurs. «On ne veut pas devenir un club moyen mais rivaliser avec les grands d'Europe comme le Real Madrid et Barcelone où le basket est presque aussi performant que le football», a réaffirmé Hoeness dans le Audi Dôme, site des basketteurs.

Une salle et un budget à la hauteur

Le sponsor principal a permis de transformer la salle du tournoi olympique de 1972, historique pour la finale controversée USA-URSS mais laissée depuis à l'abandon, en une superbe enceinte dotée d'écrans géants et pouvant accueillir près de 7 000 spectateurs. «On a la chance d'être une des rares équipes à avoir une salle réservée uniquement à notre sport», se réjouit Bauermann, qui a renoncé à la sélection et signé un contrat de trois ans pour diriger les Steffen Hamman, Robin Benzing et autres américains Chevon Troutman et Je'Kel Foster, deux anciens de la ProA.

Côté supporteurs, ça suit plutôt bien, avec plus de 6 000 spectateurs, dimanche, pour la victoire arrachée sur Francfort (58-57), et au premier rang le footballeur Jerome Boateng. Les footeux eux-mêmes sont d'ailleurs d'excellents porte-parole: Bastian Schweinsteiger adore manier le ballon orange et le coach Jupp Heynckes est tombé sous le charme depuis «une tournée américaine avec le Bayern l'été 1990 où j'ai découvert le show des Los Angeles Lakers».

L'ombre de Dirk Nowitzki

Si les résultats (6v, 3d) ne sont pas encore à la hauteur des Bamberg et Alba Berlin, le budget de 7 à 8 millions d'euros peut permettre à Bauermann d'espérer enrichir son effectif. Un joueur NBA peut-être? «N'oubliez pas ce que ça coûte. Un joueur de NBA, vous n'allez pas le satisfaire en lui donnant les clés d'une Audi A3».

Reste que si l'occasion se présente, avec notamment la grève en NBA, Hoeness pourrait délier les cordons de la bourse pour s'offrir les services de Dirk Nowitzki, un héros dans le pays depuis son triomphe NBA avec les Dallas Mavericks.

L'essentiel Online/AFP

Ton opinion