Ligue des champions – Le Bayern et le Barça passent sans trembler

Publié

Ligue des championsLe Bayern et le Barça passent sans trembler

Les Bavarois ont réalisé une véritable démonstration face à Porto (6-1), tandis que les Catalans ont tranquillement assuré face au PSG (2-0).

Le suspense n'a pas duré longtemps à Munich. Dos au mur, les joueurs du Bayern n'ont pas fait de détails, humiliant au passage leur adversaire du soir Porto (6-1). Les Portugais l'avaient emporté à l'aller (3-1), s'assurant un avantage qui devait être confortable. Mais le rouleau compresseur bavarois n'a eu besoin que de 22 minutes pour renverser la tendance. Les Dragons auraient dû consulter les statistiques. À la mi-temps, le score était déjà de 5 à 0 pour les hommes de Pep Guardiola. La routine, en quelque sorte, puisque c'est la troisième fois que les Munichois marquent cinq buts en 45 minutes en C1 dans leur histoire. Ils l'avaient déjà fait contre Lille (score final: 6-1) en 2012 et contre l'AS Rome (score final: 1-7) en 2014... Il faudra encore compter sur le club allemand aux cinq Ligue des champions pour la suite.

Empruntée et auteur de trois bévues défensives à l'aller, l'équipe de Pep Guardiola, efficace et euphorique à l'image de Robert Lewandowski, auteur d'un doublé, a fait voler en éclats la défense de Dragons, invaincus jusque-là, qui ont terminé la rencontre à dix après l'exclusion de Marcano (87e). Le tout avec une défense qui avait retrouvé rigueur et sérénité avec Holger Badstuber en remplacement de Dante, l'un des fautifs à Porto, en charnière centrale avec Jérôme Boateng. Et toujours sans des pièces-maîtresses telles Bastian Schweinsteiger, qui effectuait son retour sur le banc, et Franck Ribéry et Arjen Robben, qui pourraient réintégrer le groupe d'ici les demi-finales... «J'ai entièrement confiance en ce groupe», avait insisté Guardiola à la veille du second duel avec son ancien coéquipier du Barça, Julen Lapotegui. Et ses joueurs ont répondu de la plus belle des manière à la confiance du Catalan, lui évitant la première sortie en quarts de sa carrière d'entraîneur. Les Bavarois sont passés comme une tornade sur la première période, régalant d'un festival offensif un public qui n'a cessé de chanter son soutien à ses héros. Les trois premiers buts sont venus sur autant de coups de tête: Thiago, l'homme qui avait maintenu l'espoir en marquant à l'aller, a repris au premier poteau un centre de Bernat (14e), Boateng, à l'affut au second poteau, a doublé la mise (22e) et Lewandowski, décalé par Müller, a coupé de la tête entre deux défenseurs (3-0, 27e).

Mais ce n'était pas suffisant. Le champion d'Europe 2013 voulait clairement punir ce rival effronté qui a souffert des absences des défenseurs Danilo et Alex Sandro (suspendus). Müller (36e) puis Lewandowski (40e) portaient deux nouvelles estocades sur deux frappes à ras de terre sur lesquelles Fabiano étaient impuissants. À 5-0 à la pause, la messe semblait dite. Mais cela n'empêchait pas les Bavarois de poursuivre ses assauts dès le retour du vestiaires. Le but de Jackson Martinez (73e) sauvait l'honneur et redonnait même quelques espoirs aux Portugais. Porto finissait mieux mais été douché en fin de partie avec l'exclusion de Marcano (2e jaune, 87e) pour une faute sanctionnée par un splendide coup franc enroulé du droit de Xabi Alonso pour le but du 6-1. La plus belle des manières pour l'Espagnol de se faire pardonner de sa bévue du match aller qui avait coûté le premier but...

Pas de miracle pour le PSG au Camp Nou

Le Camp Nou n'a connu aucun retournement de situation. Le FC Barcelone, vainqueur 3-1 à l'aller sur la pelouse du Parc des Princes, à Paris, ne s'est pas laissé surprendre au retour (nouvelle victoire 2-0). Les coéquipiers de Neymar l'ont emporté sans trembler. C'est l'attaquant brésilien qui a tué tout suspense en première période (14e, 32e). La démonstration catalane a débuté à la 13e minute avec une action merveilleuse d'Iniesta, qui remontait le ballon sur près de 60 mètres, effaçait trois Parisiens au passage (Cabaye sur le contrôle, Cavani et Verratti en dribble) avant de servir Neymar dans le tempo idéal, éliminant encore Marquinhos et David Luiz sur le coup. Le Brésilien avait le bon goût de ne pas gâcher une telle douceur et crochetait Sirigu pour le 1-0. Vingt minutes plus tard, Neymar reprenait de la tête un centre de Dani Alves (34e) sans que la défense parisienne ne s'émeuve de sa présence en plein milieu de la surface.

Auparavant, Paris avait bien essayé de presser haut, mais le Barça et tous ses techniciens s'en tiraient sans aucune difficulté. Au fond, rien n'a fonctionné côté parisien. Le 4-4-2 imaginé par Laurent Blanc avec Pastore en N.10 s'est ainsi heurté aux innombrables pertes de balle de l'Argentin et le retour d'Ibrahimovic a été sans effet, la première frappe cadrée parisienne, signée du Suédois, intervenant à la 73e minute. Cabaye a lui semblé très loin du compte à ce niveau et David Luiz a encore souffert, confirmant que sa blessure aurait sans doute mérité une convalescence un peu plus longue. La fin de match n'a pas apporté grand-chose. L'affaire étant entendue et les deux équipes ayant d'autres préoccupations (gagner leur championnat), personne ne s'est livré à fond, Luis Enrique en profitant même pour faire souffler quelques cadres (Iniesta, Busquets puis Suarez). Son équipe peut viser un triplé Liga-Coupe du Roi-Ligue des Champions. Celle de Laurent Blanc en cible un autre, moins prestigieux et seulement national avec la Ligue 1, la Coupe de France et la Coupe de la Ligue, déjà acquise.

Le tirage au sort des demi-finales aura lieu vendredi au siège de l'UEFA, à Nyon, en Suisse. Les matches aller se dérouleront les 5 et 6 mai, les retour les 12 et 13 mai, avant la finale le 6 juin à Berlin.

(L'essentiel/AFP)

Quarts de finale, matches retour

Mardi

Barcelone - PSG: 2-0 (3-1)

Bayern Munich - Porto: 6-1 (1-3)

Mercredi

Real Madrid - Atletico (0-0)

Monaco - Juventus (0-1)

Ton opinion