Chine: Le bilan du séisme dans la province du Sichuan s’alourdit à 65 morts

Publié

ChineLe bilan du séisme dans la province du Sichuan s’alourdit à 65 morts

Un tremblement de terre de magnitude 6,6 a frappé lundi, la province chinoise du Sichuan, faisant au moins 65 morts et 250 blessés, selon un dernier bilan.

Le président chinois Xi Jinping a appelé lundi soir «à tout faire pour venir en aide aux personnes affectées» et «minimiser les pertes humaines».

Le président chinois Xi Jinping a appelé lundi soir «à tout faire pour venir en aide aux personnes affectées» et «minimiser les pertes humaines».

AFP

Survivants sortis des gravats, rivières à franchir: pompiers et militaires s’activent mardi pour sauver des vies après un puissant séisme qui a déjà fait 65 morts dans le sud-ouest montagneux de la Chine.

Un tremblement de terre de magnitude 6,6 a frappé lundi la province du Sichuan, selon l’Institut d’études géologiques des États-Unis (USGS) – organisme de référence au niveau mondial pour les tremblements de terre. L’épicentre se situe dans le canton de Luding, une zone faite de vallées, de rivières impétueuses et de routes étroites, située au bord du plateau tibétain, à environ 200 kilomètres, à l’ouest de la capitale provinciale Chengdu.

La télévision publique CCTV a diffusé mardi des vidéos de pompiers en tenue orange et de policiers sortant une jeune femme couverte d’ecchymoses des décombres d’un bâtiment, avant de la transporter en civière dans une ambulance. D’autres images montraient des immeubles en bois et en béton, éventrés voire partiellement écroulés ou en équilibre instable.

Certaines routes, tombées en débris ou fracturées par le séisme, sont devenues impraticables, contraignant les secouristes à traverser certaines rivières à l’aide de ponts de fortune ou de câbles tendus d’une rive à l’autre. Trente-sept personnes sont mortes dans la préfecture autonome tibétaine de Garze, où l’épicentre est situé, et 28 dans le canton voisin de Shimian, selon CCTV et le Quotidien du peuple, journal du Parti communiste au pouvoir. Cela porte ainsi le nouveau bilan provisoire du séisme à 65 morts.

Tentes et eau

Près de 250 blessés et douze disparus sont également recensés, selon les différents décomptes publiés par les médias d’État. Par ailleurs, environ 200 personnes sont coincées, après le blocage d’une route, dans la vallée de Hailuo, une zone naturelle de glaciers et de pics enneigés très touristique – située à plus de 2850 mètres d’altitude, a indiqué CCTV.

L’armée chinoise, habituée aux séismes, a annoncé mardi avoir déjà déployé 1 900 militaires pour participer à la recherche des disparus et secourir la population. Les médias d’État ont diffusé des images d’habitants relogés temporairement dans la nuit dans de grandes tentes bleues et approvisionnés en eau et nourriture par des soldats.

Au moins dix répliques de magnitude égale ou supérieure à trois ont été enregistrées depuis le premier séisme, selon un dernier pointage effectué mardi matin par le Centre chinois des réseaux sismiques (CENC). Le président chinois Xi Jinping a appelé lundi soir «à tout faire pour venir en aide aux personnes affectées» et «minimiser les pertes humaines», a rapporté l’agence de presse officielle Chine nouvelle.

Pluie prévue

Les services météo locaux prévoient toutefois des pluies ces prochains jours dans la zone de l’épicentre, ce qui pourrait compliquer les opérations de secours. La secousse lundi avait aussi fait trembler les bâtiments dans la capitale provinciale Chengdu, où les 21 millions d’habitants sont actuellement confinés chez eux en raison d’un foyer de Covid-19.

Le Sichuan, régulièrement frappé par des tremblements de terre, est connu dans le monde entier pour ses réserves de pandas géants et pour sa cuisine épicée, l’une des plus célèbres de Chine. En juin, un séisme de magnitude 6,1 avait déjà secoué la province, faisant au moins quatre morts et des dizaines de blessés.

En mai 2008, un tremblement de terre très puissant, de magnitude 7,9, avait fait 87 000 morts ou disparus dans le Sichuan. La catastrophe avait constitué un choc national. Parmi les victimes se trouvaient des milliers d’élèves, tués dans l’effondrement d’écoles à la construction précaire. La police avait à l’époque arrêté des militants qui tentaient de compter le nombre précis d’enfants morts dans le désastre.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires