Attaque à Strasbourg – Le bilan jeudi: 3 morts et 13 blessés dont 5 graves

Publié

Attaque à StrasbourgLe bilan jeudi: 3 morts et 13 blessés dont 5 graves

L'attentat contre le marché de Noël de Strasbourg, mardi, a fait trois morts et treize blessés, dont cinq graves, selon un bilan revu à la hausse, après le décès d'un blessé.

Police, firefighters and emergency services intervene on Place Gutenberg after a shooting on December 11, 2018 in Strasbourg, eastern France. - The suspect who killed at least two people and injured 11 at Strasbourg's Christmas market was due to be arrested by police earlier in the day over a separate attempted murder, a source close to the investigation said. (Photo by Abdesslam MIRDASS / AFP)

Police, firefighters and emergency services intervene on Place Gutenberg after a shooting on December 11, 2018 in Strasbourg, eastern France. - The suspect who killed at least two people and injured 11 at Strasbourg's Christmas market was due to be arrested by police earlier in the day over a separate attempted murder, a source close to the investigation said. (Photo by Abdesslam MIRDASS / AFP)

AFP/Abdesslam Mirdass

«Le bilan, toujours provisoire, est désormais établi à 3 personnes décédées, 5 blessés graves et 8 blessés légers», a indiqué la préfecture dans un communiqué. L'un des 5 blessés graves de cette attaque, dont l'auteur est en fuite, est en état de mort cérébrale, a précisé jeudi le parquet de Paris. Une «cellule des blessés psychologiques» a été mise en place à Strasbourg pour soutenir les victimes et leurs proches.

Parmi les personnes décédées se trouvent un père de famille strasbourgeois, un touriste thaïlandais de 45 ans et un homme d'origine afghane présent avec sa famille aux abords du marché de Noël.

Porteur d'une arme de poing et d'un couteau, le tireur identifié comme Cherif Chekatt, Strasbourgeois de 29 ans, a tiré sur des passants mardi soir avant d'échanger des tirs avec les forces de l'ordre. Blessé au bras, il était parvenu à s'enfuir avant d'être abattu jeudi vers 21h, par la police, à Strasbourg.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion