Mexique – «Le boss a donné l'ordre: tu vas mourir aujourd'hui»

Publié

Mexique«Le boss a donné l'ordre: tu vas mourir aujourd'hui»

Victime d'une agression sexuelle en pleine rue, une Américaine a voulu punir l'individu en publiant la vidéo de l'incident. Depuis, elle croule sous les menaces de mort.

Andrea Noel dénonce l'omniprésence du sexisme à Mexico, qu'elle songe à quitter.

Andrea Noel dénonce l'omniprésence du sexisme à Mexico, qu'elle songe à quitter.

Andrea Noel, une journaliste américaine, se promenait dans une rue de Mexico le 8 mars en pleine journée, quand un inconnu a passé ses mains sous sa robe et baissé sa culotte. La Californienne, qui vit dans cette ville, a fait appel à la police, qui n'a pas pu retrouver l'individu. Andrea, 27 ans, a tout de même pu se procurer la vidéo de l'agression, filmée par une caméra de surveillance. Elle a décidé de publier les images afin d'infliger au jeune homme une humiliation publique et sensibiliser les Mexicains au harcèlement. Mais l'initiative d'Andrea s'est retournée contre elle, raconte le Daily Mail.

Depuis la publication de cette vidéo, l'Américaine est en effet constamment harcelée et insultée par des «trolls», qui vont parfois jusqu'à la menacer de mort: «Ne me tente plus, la prochaine fois je t'enverrai six pieds sous terre», a notamment écrit un internaute. «J'aurais aimé qu'ils te violent, pu**** de sal*** de blonde», a ajouté un autre troll. De nombreux internautes ont pris la défense de l'agresseur, accusant la Californienne de s'être promenée en tenue trop légère. «Les femmes doivent rester chez elles à s'occuper de leurs enfants. Si ce gars a fait quelque chose, c'est que tu l'as provoqué (...) J'espère que la prochaine fois ils te violeront», a estimé l'un d'entre eux.

«Ils sont des milliers à me dire qu'ils vont me violer, me torturer et me tuer»

Andrea raconte qu'il ne se passe pas une minute sans qu'elle ne reçoive une menace, une insulte, des photos de pistolets, de criminels ou autres images insoutenables. «Le boss a donné l'ordre, et malheureusement tu vas mourir aujourd'hui», lui a écrit un twitto. «Jamais je n'aurais pensé être menacée de mort pour avoir défendu mon droit de me promener dans la rue en sécurité. Ils sont réellement des milliers à me dire qu'ils vont me violer, me torturer et me tuer», raconte Andrea. Pour avoir la paix, il ne lui suffit malheureusement pas d'éteindre son ordinateur et son téléphone portable: l'Américaine assure avoir vu des inconnus traîner devant chez elle et des lasers pointés sur sa tête alors qu'elle était assise dans son salon. Des informations privées, comme l'adresse de son domicile ainsi que son numéro de téléphone, ont en effet été balancées sur le web.

La jeune femme se dit extrêmement choquée par ce déferlement de violence. «C'est terrifiant. Non seulement parce que que des milliers de personnes menacent de me tuer, mais aussi parce que les autorités ne prennent pas cela au sérieux», confie la journaliste. Effrayée, la jeune femme a trouvé refuge dans un hôtel et envisage de quitter Mexico. Malgré le cauchemar qu'elle endure, Andrea assure n'avoir aucun regret. «Des victimes de viol, de relations abusives, de trafic sexuel ont pris contact avec moi, me demandant de les aider. J'ai au moins pu mettre le doigt sur un sérieux problème culturel existant à Mexico», se console la journaliste.

Les images prises juste avant l'agression

(L'essentiel/joc)

Ton opinion