Un Britannique visé – Le bourreau de James Foley aurait été identifié

Publié

Un Britannique viséLe bourreau de James Foley aurait été identifié

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond, a déclaré que l'exécution de James Foley par un homme encagoulé à l'apparent accent anglais représente «une trahison des valeurs du pays».

Les autorités britanniques sont «sur le point» d'identifier le jihadiste encagoulé à l'accent anglais qui a décapité le journaliste James Foley dans une vidéo montrée au monde entier, a déclaré dimanche l'ambassadeur de Grande Bretagne aux Etats-Unis. «Je ne peux pas en dire plus mais je sais par mes collègues à Londres que nous sommes sur le point de» l'identifier, a déclaré sur CNN l'ambassadeur Peter Westmacott. Le Sunday Times, citant des sources gouvernementales non identifiées, précise que les services de renseignement britanniques MI5 et MI6 ont identifié le jihadiste de l'Etat islamique (EI) qui a été vu encagoulé de noir en train de décapiter James Foley et menacer d'en faire autant avec son confrère et compatriote Steven Sotloff, si le président Obama ne mettait un terme aux frappes aériennes en Irak.

«Nous mettons beaucoup de moyens (dans cette opération), nous disposons de technologies sophistiquées, comme l'identification vocale notamment, que les gens peuvent utiliser pour vérifier qui sont ces personnes», a ajouté M. Westmacott. Il a précisé qu'environ 500 Britanniques se sont rendus en Syrie et en Irak pour combattre avec le mouvement jihadiste.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond, a déclaré dans une tribune au Sunday Times que l'exécution sommaire de James Foley représente «une trahison des valeurs du pays». La vidéo diffusée mardi par l'Etat islamique (EI), montre un homme s'exprimant avec un accent anglais, masqué et habillé de noir, qui semble exécuter James Foley, journaliste américain enlevé par des hommes armés en novembre 2012 en Syrie. «Il s'agit d'une trahison des valeurs de notre pays et de tout ce que le peuple britannique représente», a écrit Philip Hammond.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion