JO de Tokyo – Le Brésil domine l’Espagne et garde son or
Publié

JO de TokyoLe Brésil domine l’Espagne et garde son or

Favoris du tournoi, les Espagnols se sont inclinés en finale contre les tenants du titre (2-1 ap). Dani Alves récolte ainsi le 42e titre de sa carrière.

Players of Brazil celebrate after winning the Tokyo 2020 Olympic Games football competition men's gold medal match by defeating Spain 2-1 in extra time at Yokohama International Stadium in Yokohama, Japan, on August 7, 2021. (Photo by Tiziana FABI / AFP)

Players of Brazil celebrate after winning the Tokyo 2020 Olympic Games football competition men's gold medal match by defeating Spain 2-1 in extra time at Yokohama International Stadium in Yokohama, Japan, on August 7, 2021. (Photo by Tiziana FABI / AFP)

AFP/Tiziana Fabi

Présente à Tokyo avec 6 joueurs ayant disputé l’Euro, l’équipe olympique d’Espagne n’est pas parvenue à récolter une 2e médaille d’or aux Jeux olympiques, après celle obtenue en 1992, lors des JO de Barcelone. Les hommes de Luis de la Fuente se sont inclinés 2-1 après prolongations contre le Brésil, tenant du titre, samedi à Yokohama. Malgré la présence du gardien Unai Simon, des défenseurs Pau Torres et Eric Garcia, du milieu de terrain Pedri et des attaquants Dani Olmo et Mikel Oyarzabal, les Espagnols n’ont pas réussi à faire honneur à leur rang de favoris.

Dès le coup d’envoi, l’enjeu de cette finale a pesé sur les 22 acteurs. Il a d’ailleurs fallu attendre la 25e minute pour voir la première occasion du match. Bien servi dans la surface, Richarlison n’a trouvé que le petit filet. L’attaquant d’Everton a été le joueur le plus en vue de son équipe. Il aurait pu ouvrir le score sur un pénalty accordé à la suite d’une sortie calamiteuse d’Unai Simon. Mais le buteur, 5 réalisations dans ce tournoi, a manqué la cible. Finalement, les hommes d’André Jardine ont été récompensés de leurs efforts dans les arrêts de jeu de la première période. Sur un centre au deuxième poteau, Dani Alves a remis le ballon sur Matheus Cunha. L’attaquant du Hertha Berlin a alors amorti de la poitrine, avant d’adresser une frappe imparable pour l’ouverture du score.

Encore un trophée pour Alves

Au retour des vestiaires, les Brésiliens ont tenté d’enfoncer le clou, mais Richarlison, mis sur orbite par Cunha, a vu sa frappe s’écraser sur la transversale. Cette grosse occasion a provoqué comme un électrochoc dans les rangs espagnols. C’est d’abord Mikel Oyarzabal, d’une superbe volée, qui a rétabli la parité (61e). Continuant sur sa lancée, l’Espagne a ensuite touché par deux fois les montants dans les cinq dernières minutes, d’abord par Oscar Gil, puis par Bryan Gil.

Lors des prolongations, Malcom, entré en cours de jeu, a fait parler sa vitesse pour prendre de vitesse l’arrière-garde espagnole et s’en aller battre Unai Simon. Les Brésiliens ont ensuite parfaitement résisté aux assauts espagnols, pour fêter leur 2e titre consécutif après celui de 2016, à Rio de Janeiro. Il s’agit également du 43e trophée de Dani Alves, un capitaine brésilien en larmes au coup de sifflet final.

(L'essentiel/Florian Paccaud)

Ton opinion