Le business des faux bébés crée la polémique

Publié

Le business des faux bébés crée la polémique

Une Anglaise propose de faire le deuil d’un enfant disparu avec une poupée qui lui ressemble. Troublant.

«Reproduire à l’identique le bébé perdu à l’aide d’une photo. Ça me glace le sang...». Postée sur le blog «The Trendy Girl», cette réaction témoigne des sentiments dérangeants que provoque le commerce de faux bébés.

Relaté par le magazine «Marie-Claire», le business des «reborn» consiste à confectionner des nourrissons hyperréalistes sur demande à partir de poupées en vinyle. Ils sont vendus entre 300 et 600 euros pièce. Ceux de l’Anglaise Jaime Eaton ressemblent à s’y méprendre à de vrais bébés.

Comme elle, certaines de ses clientes, des businesswomen qui n’ont pas le temps d’avoir un enfant, ou des femmes qui ont perdu le leur, promènent leur faux bébé en landau ou font leurs courses avec cet enfant en plastique.

Le phénomène des reborn n’est pas nouveau, mais ces répliques s’adressaient aux collectionneurs ou aux réalisateurs de films. Ce qui choque aujourd’hui, c’est que Jaime Eaton propose ses bébés à «l’adoption» pour des femmes en mal d’enfant.

«Je trouve malsain que des femmes jouent à la poupée pour combler un manque ou remplacer un être cher», écrit une blogueuse.

Ton opinion