Santé au Luxembourg – Le cannabis bientôt légal, voilà ce que l'on sait déjà

Publié

Santé au LuxembourgLe cannabis bientôt légal, voilà ce que l'on sait déjà

LUXEMBOURG – Le projet de loi sur le cannabis sera présenté le mois prochain. Des points sont déjà connus, d’autres restent à trancher.

Le cannabis sera vendu dans des magasins spécialisés, comme au Canada depuis 2018.

Le cannabis sera vendu dans des magasins spécialisés, comme au Canada depuis 2018.

AFP/Philippe Huguen

La loi qui légalisera la vente et la consommation de cannabis commence à prendre forme. Si le ministère de la Justice reste muet avant la présentation attendue courant octobre, un élu évoque, sous couvert d’anonymat, «un modèle proche de celui du Canada», où le cannabis a été légalisé récemment. Parmi les certitudes, la drogue sera vendue dans des échoppes dédiées, à créer ex-nihilo. La question de savoir si elles seront publiques ou privées sous agrément n’a «pas encore été tranchée». Mais l’option des pharmacies et bureaux de tabac, un temps évoquée, a été définitivement écartée.

Le produit sera vendu aux seuls résidents. Ceux-ci l’achèteront en précisant leur identité et la quantité ne pourra pas dépasser un certain seuil hebdomadaire. «Cela pose des questions sur la protection des données, mais nous avons déjà résolu des problèmes de ce type plus complexes», indique notre source. Les habitants des pays voisins ne pourront donc pas acheter de cannabis, même si la consommation au Luxembourg de produit partagé avec un résident ne pourra pas faire l’objet d’un délit.

Réorienter la politique antidrogues

La loi n’est pas encore finalisée, car des arbitrages entre les différents ministères (Santé, Justice, Finances) restent à effectuer. La question des plants privés reste par exemple à définir. La loi constituera dans tous les cas un tournant. Son objectif «ne sera pas de faire plaisir aux fumeurs de joint, mais de réorienter une politique antidrogues en échec depuis 40 ans», explique Charles Margue (Déi Gréng), député et président de la commission Justice.

Les élus veulent une loi relativement consensuelle. «Nous ne savons pas où en est précisément l’opinion publique sur le sujet», sachant que les partis sont eux-mêmes divisés, lance un autre député. Selon lui, «ce qui peut faire consensus est l’assèchement du trafic, qui a reculé au Canada, et la lutte contre la toxicomanie».


(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion