Eglise au Luxembourg – Le cardinal Hollerich serait «malheureux en tant que pape»
Publié

Église au LuxembourgLe cardinal Hollerich serait «malheureux en tant que pape»

LUXEMBOURG – Le cardinal de Luxembourg a démenti les rumeurs le plaçant parmi les favoris à la succession du pape François. Le poste ne semble pas l’intéresser.

par
Joseph Gaulier
Jean-Claude Hollerich explique ne pas avoir l'ambition de devenir le chef de l'Église catholique.

Jean-Claude Hollerich explique ne pas avoir l'ambition de devenir le chef de l'Église catholique.

Editpress

La perspective d’un pape luxembourgeois ne semble pas d’actualité. Jean-Claude Hollerich a démenti à L’essentiel les rumeurs le plaçant en tête des papabili pour la succession de François, 85 ans aujourd’hui. «Je n’y crois pas du tout, ce sont des fantaisies de certains», réagit-il avec le sourire. Les articles de la presse spécialisée catholique évoquant son nom constitueraient même «plutôt une attaque contre le pape».

Jean-Claude Hollerich, 63 ans, ne semble pas vouloir devenir le prochain souverain pontife. «Je serais très malheureux à un tel poste. Je suis très humain, je préfère lire un bon livre, écouter un peu de musique ou sortir avec des amis pour un bon repas. Or, un pape n’a plus tout cela!», constate le Luxembourgeois. En plus, «je ne serais nullement capable de faire un tel travail, je ne suis pas assez bon pour cela», glisse-t-il modestement. Le pape est élu par les cardinaux après le décès du précédent (ou le renoncement dans le cas de Benoît XVI) à l’occasion d’un processus bien défini. Les intéressés choisissent l’un des leurs en conclave à la majorité simple puis relative, mais aucune campagne électorale ni déclaration de candidature n'est prévue.

Sur le fond, le cardinal Hollerich reconnaît des convergences de vue avec François. «Je suis réformiste comme lui. Il y a des adaptations à faire dans l’Église», estime celui qui a prôné des réflexions sur l’ordination d’hommes mariés ou sur la vision de l’homosexualité par l’institution. L’homme d’Église se satisfait de son rôle de cardinal, qu’il occupe depuis 2019: «Il y a beaucoup de conférences internationales, c’est fatigant, mais je vois cela comme un service».

17 commentaires