Sylvian Wiltord est Grenat – «Le challenge sportif le plus intéressant était celui de Metz»

Publié

Sylvian Wiltord est Grenat«Le challenge sportif le plus intéressant était celui de Metz»

Frustré de ne pas avoir pu rester en activité après son départ de Marseille en juin dernier, l'attaquant international Sylvain Wiltord veut relever le challenge de la montée en Ligue 1 avec Metz.

Pourquoi avez-vous signé à Metz, en Ligue 2?

Wiltord : Pour le challenge sportif. J'ai eu quelques touches avec deux ou trois clubs de L2, de National, à l'étranger. Mais le challenge sportif le plus intéressant était celui de Metz. Je vais apporter ce que je sais faire. Je n'ai jamais vraiment pensé arrêter le foot. Physiquement je suis en forme, je n'ai jamais eu de grave blessure, j'ai toujours envie de jouer. Je suis resté joueur. Je me suis entraîné avec Rennes puis avec Créteil. J'ai hâte de retrouver la compétition. Metz s'est intéressé à moi l'été dernier mais j'ai cru que je pourrai trouver un club de L1. En fait j'ai été surpris quand Marseille ne m'a pas gardé et un peu déçu quand aucun autre club de l'élite ne s'est renseigné sur moi, juste renseigné.

N'ayant jamais évolué en L2, vos ambitions sont-elles de retrouver à la L1 à Metz?

À mes débuts à Rennes, nous étions en D2, le club faisait d'ailleurs l'ascenseur. Maintenant Metz n'est pas encore L1, il reste 17 matches. Toutes les rencontres à ce niveau sont difficiles. Mais comme je pense toujours collectif, participer à l'aventure de la montée avec le groupe serait extraordinaire, une belle carte de visite. Maintenant ce que j'ai toujours gardé en ligne de mire, même s'il y a toujours eu de la pression, c'est le plaisir, cette joie de vivre, sur le terrain, en dehors, dans le vestiaire. Je suis toujours un gamin.

Déçu de ne pas avoir été contacté par un club de L1?

Oui, un peu, je pensais déjà cet été que j'aurais des propositions de clubs de L1. C'est peut-être à cause de mon âge... Maintenant, participer à l’aventure de la montée avec Metz serait extraordinaire.

Avez-vous évoqué ce transfert avec votre ami Robert Pires?

Oui et il m'a dit beaucoup de bien du club. Ce serait une belle doublette s'il revenait aussi à Metz (rires), mais pour cela le club devra voir avec lui en juin.

Metz sera-t-il votre dernier club?

Si tout se passe bien, pourquoi pas. De mon côté, je veux jouer tant que je prends du plaisir et que je peux courir.

Les Bleus vous manquent-ils?

Énormément. Tant que je joue, je suis toujours sélectionnable; j'adore cette équipe. Si je marque des buts, s'il y a des absents, des blessés, si on a besoin de moi, je suis là. Tout passera par le club. Mais honnêtement le coach a déjà son groupe. Il a aussi toujours dit, même en espoirs, qu'il ne prenait des joueurs qu'en L1. Toutefois il peut toujours y avoir de belles surprises.

Philippe Di Filippo et AFP

Ton opinion