En Syrie – Le chef de l'opposition démissionne

Publié

En SyrieLe chef de l'opposition démissionne

Ahmed Moaz al-Khatib, a démissionné dimanche de son poste à la tête de la Coalition nationale, reconnue comme la représentante légitime du peuple syrien par des dizaines de pays.

«J'annonce ma démission de la Coalition nationale, afin de pouvoir oeuvrer avec une liberté que je ne peux pas avoir au sein d'une organisation officielle», a indiqué M. Khatib dans un communiqué publié sur sa page Facebook. La démission surprise de M. Khatib intervient quelques jours après l'élection sans précédant d'un Premier ministre chargé d'administrer les territoires rebelles en Syrie, Ghassan Hitto, et près de deux ans après le début d'un soulèvement populaire contre le président Bachar al-Assad.

«Durant ces deux dernières années, nous avons été égorgés par un régime d'une brutalité sans précédant, alors que le monde nous observait», a ajouté M. Khatib dans son communiqué. «Toutes les destructions des infrastructures syriennes, la détention de dizaines de milliers de personnes, l'exil forcé de centaines de milliers d'autres (...) n'ont pas suffit pour que la communauté internationale prenne une décision afin de permettre au peuple de se défendre», a-t-il indiqué.

M. Khatib a démissionné, plus de quatre mois après avoir été choisi à la tête de cette instance formée à Doha sous la pression de la communauté internationale qui avait appelé les opposants au régime de Damas à s'unir.

(L'essentiel Online/afp)

Les rebelles occupent une bande de 25 km entre la Jordanie et le Golan

Les rebelles syriens ont récemment pris le contrôle dans le sud du pays d'une bande de 25 km allant de la Jordanie à la ligne de cessez-le feu avec Israël sur le plateau du Golan, a affirmé dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). «La bande de 25 km se trouvant entre la localité de Mouzayrib (à la frontière jordanienne) et Aabdyne (à la lisière du Golan), est désormais hors du contrôle du régime» de Bachar al-Assad, a affirmé l'OSDH.

Le ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon a par ailleurs promis dimanche de répondre «immédiatement» à tout tir syrien venant du plateau du Golan, ajoutant dans un communiqué qu'il tenait le régime de Damas responsable de toute «violation de la souveraineté» israélienne.

Des soldats israéliens postés dans la partie du Golan occupée par Israël avaient auparavant ouvert le feu sur une position militaire syrienne après avoir essuyé des tirs du territoire syrien pour la deuxième fois en 24 heures, selon une porte-parole militaire israélienne.

Ton opinion