Au Luxembourg – Le chômage de longue durée plus dur à prévenir
Publié

Au LuxembourgLe chômage de longue durée plus dur à prévenir

LUXEMBOURG – L’Université du Luxembourg et l’Adem ont présenté mercredi les premières conclusions de leur collaboration concernant la recherche sur les risques de chômage.

L'étude menée en collaboration entre l'Uni et l'Adem se terminera en août.

L'étude menée en collaboration entre l'Uni et l'Adem se terminera en août.

L'essentiel

Le chômage de plus de six mois est avant tout dû à des facteurs psychologiques et personnels, et donc plus compliqué à prévenir. Telle est la conclusion d’une étude de l’Université du Luxembourg menée en collaboration avec l’Adem. Plus de 2 000 chômeurs ont été interrogés en France et au Luxembourg. Parmi eux, 1 300 sont des inscrits de l’Adem. «Avant six mois, la raison du chômage peut être prédite en fonction de différents facteurs comme le niveau de formation, l’âge, le métier ou encore la maîtrise des langues», explique le Dr. Anne Pignault, de l’Université du Luxembourg.

Des résultats qui correspondent aux conclusions de l’Adem, se félicite sa directrice, Isabelle Schlesser: «L’objectif était de vérifier que notre outil de "profiling" fonctionne. Cela nous permet d’accompagner différemment les personnes qui risquent de devenir chômeurs de longue durée en les identifiant de manière précoce».

Une deuxième étude actuellement en cours se focalise sur la perception de la situation du chômage. «Une perception qui reste toujours négative, même si les gens ont tendance à penser que leur situation est aussi le fruit d’un contexte économique», conclut Anne Pignault. L’étude en question doit se terminer au mois d’août.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion