Filmpräis – «Le cinéma se porte bien au Luxembourg»

Publié

Filmpräis«Le cinéma se porte bien au Luxembourg»

LUXEMBOURG - Le directeur du Film Fund, Guy Daleiden, se réjouit du grand retour ce soir du Lëtzebuerger Filmpräis, Oscars du cinéma pour le Grand-Duché.

Guy Daleiden est le directeur du Film Fund Luxembourg, destiné au soutien des productions audiovisuelles du Grand-Duché.

Guy Daleiden est le directeur du Film Fund Luxembourg, destiné au soutien des productions audiovisuelles du Grand-Duché.

L’essentiel: Le Lëtzebuerger Filmpräis fait son grand retour vendredi soir.

Guy Daleiden (directeur du Film Fund): Oui, nous sommes heureux de pouvoir faire notre travail. L’annulation l’an passé nous a retardés d’une année, et des films auraient voulu connaître un accueil critique. Nous sommes aussi contents de pouvoir nous voir et réunir le secteur, qui ne s’est pas retrouvé depuis le LuxFilmFest. Le Lëtzebuerger Filmpräis est important en termes de récompenses, mais aussi de promotion des films au Luxembourg. Cette année, l’événement sera diffusé pour la première fois en streaming sur le site de RTL.

Il y a des nouveautés cette année. Pourquoi un vote à deux tours?

Il y avait trop de projets, avec tous les films sortis depuis trois ans. Ce qui signifie que le secteur se porte bien. Cela aurait plus de sens que «De Superjhemp Retörns», sorti fin 2018, soit en compétition l’an dernier, mais nous ne pouvions pas le laisser de côté.

Deux nouveaux prix seront également inaugurés.

Oui, ce qui promet une cérémonie plus longue. En ce qui concerne le prix d’interprétation, il y a eu des discussions autour de la question du genre, mais nous n’avions jamais eu de prix séparés.

«Capitani», «An Zéro» ou encore «Sawah» partent-ils favoris cette année?

Je ne peux pas me prononcer là-dessus. Il y a des favoris de la part du public. Depuis la première édition en 2003, il y a eu une réelle évolution au niveau de la qualité des œuvres. Il y a davantage de films réalisés par des cinéastes luxembourgeois. Ce qui démontre la vitalité du secteur.

(Recueilli par Cédric Botzung/L'essentiel )

Ton opinion