Pour les syndicats – Le climat social est jugé «tendu» et «difficile»

Publié

Pour les syndicatsLe climat social est jugé «tendu» et «difficile»

LUXEMBOURG - À l’approche du 1er mai, les partenaires sociaux s’expriment sur le climat social et taclent l’action du gouvernement.

Syndicats et patrons ne sont pas prêts à une tripartite avec le gouvernement pour différentes raisons.

Syndicats et patrons ne sont pas prêts à une tripartite avec le gouvernement pour différentes raisons.

Editpress

«Il faut changer certains paramètres politiques. Mais cela passe par un autre dialogue social que la tripartite qui reste un instrument exceptionnel. Aujourd’hui, la situation des gens est difficile mais elle n’est pas exceptionnelle», a résumé le président de l’OGBL, Jean-Claude Reding. Afin de remédier à la perte de pouvoir d’achat des gens depuis trois ans, le syndicat réclame un retour à l’indexation automatique.

«Nous attendons les conclusions du gouvernement sur la question. Mais il y a d’autres dossiers très précis que l’on ne peut pas traiter en tripartite», poursuit-il. Pour le LCGB, un retour en tripartite est nécessaire. «Il faut prendre des décisions en consensus afin d’éviter des mesures unilatérales», estime le porte-parole Christophe Knebeler.

À l’Union des entreprises luxembourgeoises (UEL), on en veut au gouvernement. «L’idée de relancer le dialogue en a pris un coup avec l’annonce du gouvernement de réduire sa participation à la mutualité des employeurs. Nous attendons un geste fort du gouvernement en accordant le budget prévu par la loi», explique ainsi le secrétaire général de l’UEL, Nicolas Henckes. Sans cela, «à quoi bon négocier si c’est pour que le gouvernement n’en fasse qu’à sa tête?». Après la sortie des étudiants vendredi dans la rue, le malaise d’une partie de la population se fait sentir.

(Patrick Théry/L'essentiel)

Ton opinion