Naufrage du Costa Concordia – Le commandant reste assigné à résidence

Publié

Naufrage du Costa ConcordiaLe commandant reste assigné à résidence

La Cour de cassation italienne a confirmé l'obligation faite à Francesco Schettino de rester chez lui. Il est poursuivi pour abandon du navire qui a causé la mort de 32 passagers.

La juridiction suprême a suivi le réquisitoire de son procureur, rejetant aussi bien le recours du parquet, qui voulait l'incarcérer de nouveau, que celui de la défense qui demandait sa remise en liberté pure et simple, selon les médias italiens.

Poursuivi pour homicides multiples par imprudence, naufrage, abandon du navire et pour avoir omis de révéler aux autorités maritimes italiennes la gravité de l'incident, M. Schettino avait été écroué au lendemain du naufrage sur ordre du procureur en chef de Grosseto (le drame s'étant produit près de l'île de Giglio, rattachée à la province de Grosseto, en Toscane).

Manœuvre inadéquate à l'origine de l'accident

Quelques jours plus tard, une juge de Grosseto avait décidé de relâcher le commandant, 52 ans, tout en l'assignant à résidence dans son appartement de Meta di Sorrento, au sud de Naples. L'assignation à résidence l'empêche de quitter son domicile et de communiquer avec qui que ce soit d'autre que son entourage proche.

Le capitaine avait reconnu avoir effectué une manœuvre inadéquate qui lui a fait heurter un rocher, mais affirme avoir ensuite rétabli la situation en rapprochant très vite le navire du rivage. Il a par ailleurs nié avoir abandonné le Concordia, tout en livrant des versions contradictoires, comme celle d'avoir perdu l'équilibre et d'avoir glissé dans une chaloupe.

Neuf personnes poursuivies

Une première audience préliminaire dans cette affaire a eu lieu le 3 mars au tribunal de Grosseto et la prochaine est prévue le 21 juillet. Neuf personnes au total sont poursuivies dans cette affaire, dont Francesco Schettino, son second, quatre autre membres de l'équipage et trois membres du personnel de terre, dont Manfred Ursprunger, un vice-président exécutif de Costa Crociere, propriétaire du Concordia, et Roberto Ferrarini, chef de l'unité de crise de la compagnie.

Ton opinion