Triste anniversaire – Le conflit syrien entre dans sa huitième année
Publié

Triste anniversaireLe conflit syrien entre dans sa huitième année

La guerre en Syrie a débuté le 15 mars 2011, avec la répression de manifestations par le régime de Bachar el-Assad. Sept ans après, l'issue semble encore lointaine.

Une grande partie de la Syrie est détruite.

Une grande partie de la Syrie est détruite.

AFP/Hasan Mohamed

Les combats se poursuivaient en Syrie, notamment dans l'enclave assiégée de la Ghouta orientale et autour d'Afrine, dans la région frontalière de la Turquie, marquant l'entrée du pays jeudi dans sa huitième année de conflit. Déclenché le 15 mars 2011 avec la répression par le régime de manifestations pro-démocratie, le conflit en Syrie a fait plus de 350 000 morts et s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de puissances étrangères.

L'armée syrienne a réussi à pénétrer mercredi soir dans une ville clé de l'enclave de Ghouta orientale, dernier bastion insurgé aux portes de Damas soumis à d'intenses bombardements, a annoncé une ONG, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Les forces gouvernementales syriennes, soutenues par la Russie, ont lancé le 18 février un assaut sur la Ghouta orientale pour reprendre ce dernier bastion de l'opposition près de Damas. Frappes aériennes et tirs d'artillerie, qui visent au quotidien l'enclave, ont tué plus de 1 220 civils, dont près de 250 enfants, selon l'OSDH.

La population est de plus en plus étouffée par l'offensive du régime syrien qui se poursuit sans relâche depuis la mi-février avec des bombardements intensifs. Mercredi, des dizaines de civils ont été évacués de l'enclave assiégée, au lendemain de l'évacuation de quelque 150 personnes. L'ONU avait auparavant assuré qu'un millier de personnes devaient sortir d'urgence de l'enclave «pour des raisons médicales». Le régime est déjà parvenu à reprendre plus de la moitié du pays et poursuit sa reconquête, notamment dans la Ghouta. Dans le nord-ouest de la Syrie, ce sont l'armée turque et des supplétifs syriens qui ont quasiment encerclé la ville d'Afrine, principale cible de leur offensive lancée le 20 janvier contre le bastion des Unités de protection du peuple (YPG).

(L'essentiel/afp)

Ton opinion