Covid au Luxembourg – Le Conseil d'Etat critique sur les mesures «allégées»
Publié

Covid au LuxembourgLe Conseil d'État critique sur les mesures «allégées»

LUXEMBOURG - Le Conseil d'État s'interroge sur l'accès facilité aux lieux de sortie pour certains vaccinés et guéris, ainsi que sur la réduction de la période d'isolement.

Le système 2G+ ( vacciné ou rétabli plus test ou «booster») a été mis en place fin 2021.

Le système 2G+ ( vacciné ou rétabli plus test ou «booster») a été mis en place fin 2021.

Vincent Lescaut

Le Conseil d'État a rendu son avis sur le dernier projet de loi Covid au Luxembourg, listant plusieurs oppositions formelles en la matière. Si la plupart d'entre elles concernent des «insécurités juridiques», en particulier sur l'éligibilité à la dose de rappel, une analyse de fond relance le débat sur l'accès aux lieux et établissements de loisirs.

Pour mémoire, le gouvernement a décidé de dispenser de test, sous le régime CovidCheck 2G+ (vacciné ou rétabli plus test ou «booster»), les personnes disposant d'un schéma vaccinal complet de moins de 180 jours, celles ayant reçu une dose de rappel et celles qui disposent d'un certificat de rétablissement.

«Pas une ouverture» dit Paulette Lenert

Présente à la commission de la Santé ce lundi, la ministre Paulette Lenert a répondu «qu’il ne s’agissait pas d’une ouverture, mais plutôt d’une adaptation des mesures en prenant en compte les résultats scientifiques récents».

«Un chèque en blanc»

«La disposition telle qu’elle est rédigée constitue dès lors un chèque en blanc aux personnes pour qu'elles-mêmes décident de la fin de l’isolement au bout de six jours». À la place, les membres du Conseil d'État proposent que les personnes concernées aient recours à un test antigénique certifié, «dont le coût pourrait être pris en charge par la collectivité».

Différentes observations qui ont fait mouche. Les membres de la commission de la Santé à la Chambre des députés ont «suivi les remarques et effectué des corrections selon les oppositions formelles», indique le site de la Chambre. Cela concerne notamment «les pouvoirs trop importants» accordés à la direction de Santé concernant la vaccination et l'isolement. Le projet de loi sera encore débattu en commission et soumis au vote de ses membres mardi matin, avant un débat en séance plénière l'après-midi.

(th/L'essentiel)

Ton opinion