Au Luxembourg – Le contrôle aérien confié en partie à l'Allemagne

Publié

Au LuxembourgLe contrôle aérien confié en partie à l'Allemagne

LUXEMBOURG - L'entreprise publique allemande «Deutsche Flugsicherung» (DFS) assurera bientôt certains services de contrôle aérien de l'aéroport du Findel.

La future collaboration résulte du programme européen intitulé «Single European Sky», dont le but est de parvenir à un espace aérien unifié.

La future collaboration résulte du programme européen intitulé «Single European Sky», dont le but est de parvenir à un espace aérien unifié.

Editpress

La sécurité du ciel luxembourgeois passera désormais aussi par la «Deutsche Flugsicherung» (DFS). C'est le ministre des Infrastructures, François Bausch (Déi Gréng), qui a confirmé l'information ce mardi. L'administration de la Navigation aérienne (ANA) a signé un partenariat avec l'entreprise publique allemande. Une partie de la surveillance du ciel sera désormais réalisée à partir de Langen, près de Francfort. Le contrôle des arrivées - un point important de la discussion - sera toujours géré par l'aéroport du Findel, a assuré François Bausch.

«La DFS va aider le Grand-Duché à réorganiser de fond en comble ses infrastructures techniques de contrôle de l'espace aérien», a ajouté le ministre des Infrastructures. Le partenaire allemand prendra également en charge le recrutement de nouveaux contrôleurs aériens.

Une économie de 30 millions d'euros

«La réglementation concernant la sécurité aérienne est de plus en plus stricte, il est donc urgent d'investir dans l'infrastructure de l’aéroport», a commenté François Bausch. Les différents partis de la Chambre ont salué la collaboration avec la DFS, de même que les syndicats des contrôleurs aériens, qui ont fini par avaler la pilule.

Cette future collaboration résulte du programme européen intitulé «Single European Sky», dont le but est de parvenir à un espace aérien unifié. Le projet, qui avance tout doucement, doit permettre aux pays membres de réaliser des économies tout en optimisant la gestion des couloirs aériens.

Selon François Bausch, la collaboration avec la DFS aboutira à une économie de quelque 30 millions d'euros au cours des prochaines années. Ce montant aurait même pu atteindre 40 millions si le contrôle des arrivées avait également fait l'objet d'une délégation. Mais face à une résistance extrêmement vive, le ministre a préféré céder.

(L'essentiel)

Ton opinion