Jusqu'aux Seychelles – Le Costa Allegra remorqué sur 480 km

Publié

Jusqu'aux SeychellesLe Costa Allegra remorqué sur 480 km

Le navire était tracté mardi avec un millier de personnes à bord du paquebot sans électricité, attendant un retour à la terre prévu aux Seychelles pour mercredi soir ou jeudi matin.

Les passagers arriveront aux Seychelles mercredi soir ou jeudi matin. (AP)

Les passagers arriveront aux Seychelles mercredi soir ou jeudi matin. (AP)

Le navire devait initialement être remorqué jusqu'à l'île Desroches, dans l'archipel, à environ 150 miles (280 km) de la zone où il a été pris en charge. Mais l'armateur Costa Crociere a finalement décidé qu'il serait «remorqué jusqu'à Mahé», la principale île de l'archipel des Seychelles, rallongeant le trajet d'environ 200 km. L'armateur a invoqué les mauvaises conditions de sécurité et d'hébergement en cas de débarquement des centaines de passagers et membres d'équipage sur la petite île Desroches (6 km de long, environ 3 km²). «Le débarquement sur l'île de Desroches ne garantirait pas les conditions de sécurité nécessaires et adéquates pour l'arrivée du navire et le débarquement des passagers», a expliqué dans un communiqué Costa Crociere, ajoutant que les capacités d'hébergement y sont insuffisantes.

Les autorités seychelloises ont confirmé le changement de route, précisant que le navire était attendu entre mercredi soir et jeudi matin à Mahé, «en fonction des conditions de navigation». Deux remorqueurs, partis des Seychelles, sont arrivés au contact du navire, a indiqué mardi après-midi la présidence seychelloise et vont aider dans sa tâche le thonier français Trevignon, propriété de la Compagnie française du thon océanique basée à Concarneau, qui a pris le Costa Allegra en charge, mardi, à 3h40. Un navire des garde-côtes seychellois a également rejoint le paquebot, dont la position exacte n'a pas été précisée. Costa Crociere a assuré que l'arrivée des remorqueurs auprès du Costa Allegre «permettra d'augmenter sa vitesse».

Il devait ensuite rejoindre Oman puis l'Égypte

La compagnie indique également avoir organisé «des liaisons continues» avec son bateau via un hélicoptère, qui fournit nourriture, torches électriques et autres produits de nécessité aux passagers. Le directeur des opérations maritimes de la compagnie, le commandant Giorgio Moretti, avait indiqué lundi soir que les hélices du paquebot étaient immobilisées, la climatisation indisponible et les cuisines fermées. Un petit-déjeuner froid avait été servi aux passagers, mardi matin.

Parti samedi de Madagascar, le bateau de croisière de 188 mètres de long, avec à son bord 636 passagers (dont un Luxembourgeois) et 413 membres d'équipage, se dirigeait vers les Seychelles quand un incendie a éclaté à son bord lundi. Il devait ensuite rejoindre Oman puis l'Égypte. Le feu, qui s'est déclaré lundi dans le local des groupes électrogènes avant d'être rapidement maîtrisé, n'a fait ni mort ni blessé, selon Costa Crociere et les autorités seychelloises.

«Pas de risque de piraterie»

Le bâtiment est actuellement aussi escorté, en alternance, par deux avions, l'un Seychellois, l'autre Indien. Les Seychelles accueillent plusieurs avions étrangers de surveillance, qui les aident à faire face depuis plusieurs années à des attaques de pirates somaliens. «Il n'y a pas de risque de piraterie, mais l'on n'est jamais sûr à 100%», avait déclaré lundi soir le commandant Moretti, précisant que neuf militaires italiens se trouvaient à bord en mission antipiraterie.

L'incident survient au plus mauvais moment pour Costa Croisières, filiale du géant américain Carnival: les plaintes liées au naufrage d'un autre de ses navires, le Concordia, fleurissent de toutes parts. Ce naufrage, le 13 janvier près de l'île italienne du Giglio, a provoqué la mort de 32 personnes. Costa Concordia a souligné mercredi dans un communiqué que les deux événements ne pouvaient être comparés, même elle indique avoir «conscience que ces évènements rapprochés entament sa réputation».

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion