Au Luxembourg – Le Covid n'a pas plombé le revenu des ménages

Publié

Au LuxembourgLe Covid n'a pas plombé le revenu des ménages

LUXEMBOURG - Le Statec a dévoilé son rapport «Travail et cohésion sociale 2021», riche d’enseignements sur la crise sanitaire.

La question du logement est inquiétante.

La question du logement est inquiétante.

Les inégalités de revenus et le taux de pauvreté ont bien résisté face aux vagues successives de la pandémie, contrairement aux inégalités face à la maladie. Le Statec, qui a présenté ce jeudi matin son rapport «Travail et cohésion sociale 2021», s’est voulu rassurant sur les conséquences de la crise sanitaire, avec quelques nuances toutefois.

«Le revenu disponible moyen des ménages résidant au Luxembourg était de 5 884 euros durant la crise du Covid, soit une augmentation de 2,1% par rapport à 2019, a détaillé Serge Allegrezza, directeur de l’Institut des statistiques. Le risque de pauvreté monétaire (17,2%) en 2020 a même été légèrement en baisse par rapport aux deux années précédentes».

Si ces indicateurs sont plutôt encourageants, la question du logement est nettement plus inquiétante. 78,9% des ménages estiment qu’il s’agit d’une charge financière «préoccupante» (+1% par rapport à 2019). Des inégalités importantes ont par ailleurs été constatées en matière de santé. Les personnes vivant dans des ménages de grande taille ont été infectées plus souvent et les ménages défavorisés ont eu davantage de risque d’être hospitalisés en raison du Covid.

Le télétravail s'enracine

Le marché de l’emploi, lui, a bien résisté à la crise sanitaire, avec un taux de croissance annuel de 2% (-1,5% dans l’UE). «Le Luxembourg est bien positionné sur le front du chômage mais peut mieux faire», a déclaré Jérôme Hury, chef de division au Statec. Le taux de chômage (6,8%) est plus faible que la moyenne au sein de l’UE (7,1%) mais quinze États membres affichent un taux plus bas. Autre chiffre préoccupant: les chômeurs de longue durée sont 36,2% plus nombreux qu’il y a deux ans.

Enfin, le télétravail semble s’enraciner au Grand-Duché. Au 2e trimestre 2021, 41% des actifs ont encore pratiqué ce mode de travail, le Luxembourg étant clairement numéro un en Europe dans ce domaine. «Le tissu économique du pays, orienté vers les services aux entreprises, les services financiers et une forte intensité en TIC des emplois, est de loin le plus adapté au télétravail, a analysé Serge Allegrezza. C’est un atout pour permettre au Luxembourg de continuer à fonctionner en période de crise sanitaire mais c’est aussi un facteur de fracture sociale...».


(Pascal Piatkowski/L'essentiel)

1 280 années de vie perdues

Comme dans d’autres pays, il y a bien eu une surmortalité, en raison du Covid, en 2020, au Luxembourg. Elle a représenté 1 280 années de vie perdues (5,1 années en moyenne). Cet excès de décès a cependant été moindre que dans d’autres pays, ce qui semble traduire une bonne gestion de la crise sanitaire au Luxembourg.

Ton opinion