Au Luxembourg – Le Covid va-t-il faire disparaître la bise?

Publié

Au LuxembourgLe Covid va-t-il faire disparaître la bise?

LUXEMBOURG - Coronavirus oblige, la bise a été mise de côté depuis mars. Ce rituel de salutation tant ancré dans nos habitudes sera-t-il de retour à la fin de la pandémie?

«Je n'ai plus fait la bise à personne depuis mars dernier», témoigne Kenny. Jeune diplômé et à la recherche d'un emploi, le jeune homme ne compte pas faire la bise ni serrer la main à ses futurs collègues. «On peut clairement s'en passer pour se saluer», dit-il.

Rituel du matin pour de nombreux employés, et geste affectueux au sein de la famille, la bise fait partie de nos traditions depuis des lustres. Depuis le début de l'épidémie, avec le masque et les gestes barrières à respecter, cette coutume a été mise de côté. Et «les rapports sociaux ont bien changé», concède Charlotte. «Il y a beaucoup plus de distance mais surtout, on ne sait plus comment agir, est-ce qu'on se sert la main? Est-ce qu'on se fait un signe de loin? Il y a une réelle psychose qui s'est installée avec les autres».

«Je n'ai jamais autant dit je t'aime à ma maman»

«En plus, il y a d'autres moyens pour se dire bonjour», analyse Kenny. En effet, les checks, jeux du coude, signes de loin se sont peu à peu imposés, même s'ils ne font pas l'unanimité. «La bise me manque quand même, c'était une tradition conviviale, insiste Lucas, je trouve que c'est une marque de respect de s'embrasser». «On était habitués à la bise, maintenant on se checke entre nous, ce n'est pas la même chose, on n'a pas l'habitude de mettre une telle distance entre nous», assure Charlotte. D'autres, en revanche, s'en réjouissent, comme Sabine: «On ne se touche plus, on ne s'embrasse plus mais moi ça ne me dérange pas. Avant, je faisais la bise car tout le monde le faisait». Hervé est du même avis. «Le matin, il fallait faire le tour, on perdait une demi-heure à dire bonjour à tout le monde».

Ne plus pouvoir s'embrasser en famille se révèle par contre très compliqué pour nos lecteurs. «Ça fait des mois que je n'ai pas embrassé mes enfants», nous dit Sabine. C'est beaucoup plus dur, mes parents étant âgés, j'ai envie d'en profiter le plus possible, confie Mathilde. «Du coup comme on a perdu les gestes, les mots choisis entre nous sont plus doux. Je n'ai jamais autant dit je t'aime à ma maman depuis le début du Covid».

Cette épidémie de coronavirus pourrait-elle éradiquer la bise de nos pratiques? «J'en ai bien peur, on va continuer à se méfier l'un de l'autre», nous dit Youssef. Pour Mathilde, la bise restera plutôt dans la sphère privée, pour les amis très proches. Lucas a plutôt hâte «de reprendre les bonnes vieilles habitudes, une fois que le vaccin sera sorti».

(mm/sl/L'essentiel)

Ton opinion