Affaires du SREL – Le CSV s'oppose à une démission de Juncker

Publié

Affaires du SRELLe CSV s'oppose à une démission de Juncker

LUXEMBOURG - Sans surprise, le CSV n’est pas prêt à faire porter le chapeau au Premier ministre, alors que la commission d’enquête du SREL doit publier, ce jeudi, son rapport sur les nombreux dysfonctionnements.

Le gouvernement va-t-il tomber à cause de l’affaire du SREL? À en croire le CSV, non. Le parti conservateur a décidé, ce mardi, que Jean-Claude Juncker ne devait pas assumer la responsabilité personnelle des dysfonctionnements des services de renseignements luxembourgeois. «Pour le CSV, Juncker n'est pas personnellement responsable», indique Gilles Roth (CSV), membre de la commission de contrôle à L'essentiel Online.

La semaine dernière, François Bausch (Déi Gréng), et les députés de l'opposition de la commission d'enquête, avaient décidé que Juncker devrait rendre des comptes aux députés. Suite à la demande du LSAP, les conclusions de la commission d'enquête avaient depuis été légèrement modifiées. Le parti de coalition avait voulu nuancer le degré de responsabilité du chef de gouvernement et a transformé sa «responsabilité incontestable» en «responsabilité engagée». Ce terme devrait à priori être maintenu. Hormis le CSV, les autres partis voudraient que Juncker, en tant que supérieur hiérarchique su SREL, assume du moins une partie de la responsabilité.

Le rapport complet de la commission d’enquête sera publié, ce jeudi. Cette semaine sera donc décisive pour l'avenir de Juncker et de la coalition. Selon le CSV, la décision finale de le responsabilité politique de Juncker devrait se décider à la Chambre, la semaine prochaine.

(jmh/ L'essentiel Online)

Ton opinion