Concert – Le coeur de la Rockhal bat pour Béatrice Martin

Publié

ConcertLe cœur de la Rockhal bat pour Béatrice Martin

ESCH-BELVAL – En voyant la longue file patienter devant l'enceinte de la Rockhal, on croirait presque s'être trompé de date. Sont-ils réellement tous venus pour Cœur de Pirate?

Béatrice Martin, alias Cœur de Pirate, a enthousiasmé la Rockhal jeudi soir.

Béatrice Martin, alias Cœur de Pirate, a enthousiasmé la Rockhal jeudi soir.

Kalonji-Willy Tshinza/L'essentiel

Quel est donc le je ne sais quoi qu'elle possède qui accroche tant chez les jeunes et moins jeunes? Qui séduit autant les rappeurs que les quadras bobos? Avant de savoir, on s'adonne à la première partie de Claudine Muno et des Luna Boots qui, jeudi soir, jouaient à effectif réduit, quatre des sept membres étant partis en vacances.

Ce qui frappe tout de suite, c'est la similarité du timbre chez notre Claudine nationale et chez la jeune Canadienne tant convoitée. Cela devient évident quand cette dernière, timide, monte enfin sur scène sous les applaudissements du club bondé, et se réfugie derrière un piano qui semble énorme face à elle, elle qui est toute menue.

Quand elle se met à chanter, c'est comme si une bouffée d'air venait à remplir la salle pleine et suffocante, surtout pour les premières rangées. Béatrice Martin, de son vrai nom, rappellera à l'audience que le groupe qui l'accompagne et elle-même viennent de très loin, d'où la fraîcheur de chansons comme «C'était salement romantique» ou encore «Le long du large». Mais plus qu'une voix en or, Cœur de Pirate c'est aussi un look bien particulier. Les bras recouverts de tatouages en disent long sur le besoin de Béatrice d'exprimer de grandes choses sans forcément utiliser des grandes phrases.

L'émotion glisse de ses doigts quand elle joue «Intermission», piano solo. N'oubliant pas qu'elle se produisait au centre de musiques amplifiées, elle ajouta à son répertoire un morceau dans une veine un peu plus rock, une reprise de « Lasso » de Phoenix, histoire qu'on tape aussi du pied. Avant même la fin du concert, on comprenait mieux pourquoi la file fut aussi longue.

Kalonji-Willy Tshinza

Ton opinion