Pédaler pour la liberté – Le cyclisme, c'est le bagne

Publié

Pédaler pour la libertéLe cyclisme, c'est le bagne

Des détenus brésiliens pédalent à longueur de journée pour produire de l’électricité et pour... obtenir une remise de peine.

Certains détenus de la prison brésilienne Santa Rita do Sapucai, à environ 40 km de Belo Horizonte, peuvent maintenant obtenir des remises de peine en imitant Lance Armstrong ou Fabian Cancellara.

En effet, un juge a eu une idée originale pour rendre utiles les prisonniers. Il leur propose de pédaler pour créer de l’électricité et pour passer moins de temps derrière les barreaux.

«Vers 7h30, les détenus sortent par groupe de trois de leur cellule, ils pédalent jusqu’à 17h30, avec une heure et demie de pause pour manger et se reposer. Ils travaillent huit heures par jour, du lundi au vendredi», a expliqué le directeur de l’établissement à la chaîne Rede Globo. Cerise sur le gâteau, à chaque fois que les pensionnaires de l’établissement pénitencier pédalent pendant 16 heures, leur peine est réduite d’une journée. L’énergie produite est ensuite réintroduite dans le réseau et utilisée pour alimenter les lumières d’un parc de la ville.

Baptisé Projecto Luminar, l’initiative émane du juge José Henrique Mallmann, qui s’en est inspiré en surfant sur le Net. Il s’est basé sur l’expérience de certaines salles de gym américaines, qui réinsèrent l’énergie dépensée sur leurs équipements dans le réseau électrique.

( L'essentiel Online/atk)

Ton opinion