Luc Frieden – «Le déficit de l'Etat pour 2010 sera de 1,5 milliard»
Publié

Luc Frieden«Le déficit de l'État pour 2010 sera de 1,5 milliard»

Le ministre des Finances a tenu à répondre aux critiques des syndicats, vendredi. Selon lui, OGBL et CGFP se trompent sur les chiffres.

Selon Luc Frieden, le déficit de l'État pour 2010 sera de 1,5 milliard d'euros, contre 2 milliards attendus.

Selon Luc Frieden, le déficit de l'État pour 2010 sera de 1,5 milliard d'euros, contre 2 milliards attendus.

editpress

Alors que les syndicats brandissent la menace de nouvelles actions pour tenter de faire fléchir le gouvernement sur les mesures d'économie envisagées dans le budget 2011, le ministre des Finances, Luc Frieden, est monté vendredi aux créneaux.

«Notre pays se porte mieux qu'avant, mais les problèmes des finances publiques est omniprésent, a expliqué le ministre des Finances au micro de nos confrères de RTL. En 2009, nous avions enregistré un déficit d'un milliard d'euros au niveau du budget classique de l'État (NDLR: le budget de l'administration centrale, composé de toutes les administrations qui composent l'État). En 2010, nous nous attendons à une amélioration avec un déficit de 1,5 milliard. C'est une bonne nouvelle, car nous nous attendions à un déficit de deux milliards d'euros.»

Chiffres qui concerneraient deux budgets différents

Dernière cet apparent accord avec le point de vue des syndicats, Luc Frieden a en réalité tenu à remettre les points sur les i. En effet, l'OGBL et la CGFP, principal syndicat des fonctionnaires, avaient mis en avant que les mesures envisagées par la réforme étaient trop sévères au vu de l'état réel des finances de l'État. Or, selon le ministre, les chiffres avancés par les syndicats sont faux.

«Le déficit de 270 millions d'euros en 2009 avancé par les syndicats ne concerne en réalité que le déficit du budget de l'administration publique, qui concerne à la fois la Sécurité sociale, les administrations centrales et les communes.» En clair, la situation serait plus grave que ce que les syndicats sous-entendent, justifiant par-là même les mesures de rigueur défendues par le gouvernement.

Jmh avec ona/lessentiel.lu

Ton opinion