Covid-19 au Luxembourg – Le Dr Ochs n'est pas le seul à désobéir aux règles
Publié

Covid-19 au LuxembourgLe Dr Ochs n'est pas le seul à désobéir aux règles

LUXEMBOURG - Outre le cas du Dr Ochs, trois autres affaires sont en cours au Luxembourg. Plusieurs médecins s'opposent au port du masque ou encore nient l'existence du Covid.

Le Dr Ochs a été condamné à une suspension d'exercer d'une durée d'un an. L'homme a fait appel de la décision.

Le Dr Ochs a été condamné à une suspension d'exercer d'une durée d'un an. L'homme a fait appel de la décision.

L'essentiel/Vincent Lescaut

Remise en cause de l'isolement des patients positifs et/ou de l'efficacité de la vaccination, l'affaire Ochs a créé énormément de remous dans le pays. Le médecin de Gonderange, le Dr Benoît Ochs, est poursuivi par le conseil de discipline du Collège médical pour avoir violé treize articles du code de déontologie. Celui qui se dit être «un lanceur d'alerte» s'est opposé au protocole sanitaire s'alarmant, par ailleurs, des risques liés à la vaccination.

Mais le professionnel de santé est loin d'être un cas isolé au Grand-Duché. «C'est le premier à avoir ouvert la bouche, il n'est pas le seul à penser ça, assure son avocat Christian Bock au micro de L'essentiel. Il y a beaucoup de médecins qui partagent son avis mais qui ont peur». En effet, trois affaires du même acabit sont actuellement en cours au Luxembourg. Une instruction disciplinaire «est pendante devant le Collège médical», et deux autres affaires «sont en cours d’instruction», nous informe le Collège médical. La première concerne un médecin spécialiste ayant «complètement nié l'existence du Covid auprès d'un patient». Ce praticien, toujours en exercice, a conseillé à ce même patient - vacciné avec une dose à l'époque - de stopper le schéma vaccinal car il allait «avoir beaucoup de maladies et devenir stérile».

Retirer le masque dans le cabinet

Des propos chocs qui ont entraîné une plainte de la part du patient. «Des recommandations lui ont été faites, assure le Collège, l'instruction est en cours». Les deux autres cas concernent toujours des oppositions au protocole. «C'est de l'ordre de dissuader les patients de porter le masque, leur demander de le retirer dans le cabinet, ne pas porter le masque soi-même ou encore déconseiller la vaccination...», détaille le Collège. Toutefois, l'un d'eux a décidé de revenir sur ses déclarations «mais le dossier reste ouvert si jamais il y a d'autres plaintes».

La sévérité des sanctions varie en fonction de la gravité de la situation. Elles peuvent aller de l’avertissement à l’interdiction à vie du droit d’exercer. Le Dr Ochs a pour sa part été condamné à une suspension d'exercer d'une durée d'un an. Il a fait appel de la décision.

(Marine Meunier/nm/L'essentiel)

Ton opinion