Le faux-remède anticancer de Dylan alerte au Luxembourg

Publié

«Bad Buzz»Le faux-remède anticancer de Dylan alerte au Luxembourg

LUXEMBOURG – Le ministère luxembourgeois de la Santé juge «problématique» la promotion d'un pseudo-traitement contre le cancer par Dylan Thiry. Sollicité par L'essentiel, l'influenceur persiste et signe.

par
Thomas Holzer
Dylan Thiry a déclenché un «bad buzz».

Dylan Thiry a déclenché un «bad buzz».

«Une dinguerie. Je vous promets que c'est la vérité (…) C'est quelque chose qui guérit les cellules ''cancérigeuses''». L'influenceur Dylan Thiry déclenchait un tollé il y a une dizaine de jours en faisant la promotion de gélules prétendument anticancer «interdites en Europe». Si la très anecdotique faute de langage en a amusé plus d'un, le fond de l'affaire n'a pas fait rire les professionnels et autorités compétentes, y compris au Luxembourg.

«Ce type de promotion est problématique par de nombreux aspects, et surtout par la remise en cause du travail effectué par les professionnels de santé qui consacrent leur temps à délivrer aux patients les meilleurs soins possibles, a réagi le ministère luxembourgeois de la Santé, sollicité par L'essentiel. Des patients atteints de maladies graves pourraient renoncer à des traitements ayant fait leurs preuves. Ils perdraient alors des chances de guérison. Cela entretient une fausse idée que des médicaments ayant un apport clinique majeur sont interdits ou non délivrés».

Également invitée à réagir, la Fondation cancer n'a pas souhaité commenter la sortie de Dylan, aussi pour ne pas donner trop d'écho à ce type de promotion. Reste que cet épisode illustre le débat autour de la responsabilité des influenceurs et des plateformes sur lesquelles ils s'expriment. Avec plus de 1,6 million d'abonnés sur Instagram, le Luxembourgeois dispose d'une audience conséquente, composée en grande partie d'adolescents et de jeunes adultes.

«Je ne regrette rien, j'ai confiance en cet institut»

Dylan Thiry

Interrogé par L'essentiel suite au buzz déclenché, l'ancien candidat de Koh-Lanta ne regrette pas son initiative et explique avoir toute confiance dans le laboratoire mis en avant: «C'est un gros institut présent dans le monde entier. Leur marque existe depuis des années, ils ne peuvent pas vendre n'importe quoi. J'étais avec un ami sur place, il a pris des gélules pour son grand-père», confie-t-il. L'influenceur de 28 ans assure par ailleurs ne pas avoir été rémunéré pour cette vidéo: «Ce n'était pas un placement de produit, il n'y avait pas de code promo», précise-t-il.

Le cancer, première cause de décès

Environ 1 100 personnes décèdent chaque année du cancer au Luxembourg, ce qui en fait la première cause de mortalité avec les maladies cardiovasculaires. Près de 3 000 nouveaux cas de cancer sont découverts chaque année. «La prévention en luttant contre les facteurs qui déclenchent un cancer est actuellement la meilleure piste pour lutter contre la maladie. Cependant, la prise en charge est complexe et revêt de nombreux aspects, car tout ne se résume pas aux médicaments anti-cancéreux», conclut le ministère de la Santé.

Que dit la loi?

Ton opinion

70 commentaires