Philippe Hinschberger – «Le FC Metz doit assumer son statut de favori»

Publié

Philippe Hinschberger«Le FC Metz doit assumer son statut de favori»

C'était déjà l'heure de la reprise, ce lundi matin, pour le nouvel entraîneur du FC Metz, P. Hinschberger. Le remplaçant de José Riga a dirigé sa première séance à la tête du club mosellan. «La glace est brisée».

L'essentiel: Vous venez de diriger votre première séance au FC Metz, que ressentez-vous?
Philippe Hinschberger: J'avais hâte d'y être. La glace est brisée. C'était un premier contact avec les joueurs et c'était plutôt sympa. L'arrivée d'un nouveau coach, ça booste les joueurs. Enfin espérons-le.

Comment avez-vous trouvé les joueurs?
On s'est découverts. J'ai vu des garçons attentifs, concentrés. Je leur ai expliqué qu'il allait y avoir des modifications dans l'organisation du travail.

Au niveau de l'effectif, quels sont les changements que vous avez demandés?
La priorité est de réduire l'effectif. Il y a trop de monde et cela pose problème. C'est difficile de travailler avec une trentaine de joueurs, ce n'est pas bon pour la dynamique de groupe. Il faut réduire le groupe à 23-24 joueurs de champ. La direction du club m'a donné une liste de joueurs qu'elle aimerait voir quitter le club.

Avez-vous ciblé un secteur de jeu où il faudrait recruter?
Il n'y a pas de grand buteur dans l'équipe, donc un attaquant expérimenté pourrait faire du bien. Mais le mercato d'hiver est toujours très compliqué, il faudra bien analyser et prendre son temps.

Sur quoi allez-vous axer votre travail? Quelle sera votre philosophie de jeu?
J'ai la réputation d'être un entraîneur qui fait bien jouer ses équipes, mais tout le monde veut le faire et gagner les matchs
3, 4 à 0. Ce n'est pas facile. On doit chercher à être efficaces dans les surfaces de vérité, car Metz a pris trop de buts lors des derniers matchs. Trouver une ossature est plus important pour le moment que le système de jeu. Mais l'urgence est de travailler sur l'état d'esprit. Il faut voir une équipe qui assume son statut de favori pour la montée en L1.

Vous êtes très attendu par les supporters, avez-vous la pression?
Me retrouver à la tête du FC Metz est un honneur, une grande fierté. Alors je n'ai pas la pression. Je suis à fond, cela fait un an que je n'avais pas de boulot alors je suis à bloc. Je bénéficie d'un capital sympathie mais cela ne dure qu'un temps. Après, on est jugé sur les résultats.

(Recueilli par Philippe Di Filippo)

Ton opinion