Au Luxembourg en 2035 – Le flux de frontaliers français va s'intensifier
Publié

Au Luxembourg en 2035Le flux de frontaliers français va s'intensifier

LUXEMBOURG - «Les Cahiers de la Grande Région», nouvelle publication du LISER, font le point sur les enjeux démographiques attendus lors des 20 prochaines années.

Toujours plus de frontaliers français attendus au Luxembourg, à l'horizon 2035.

Toujours plus de frontaliers français attendus au Luxembourg, à l'horizon 2035.

Editpress

Vous forger un opinion sur la Grande Région et toucher un public de plus en plus large, à travers des publications semestrielles en français et en allemand: c'est l'objectif des «Cahiers de la Grande Région», édité récemment par le Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (LISER). Pour ce premier numéro, les évolutions démographiques au cœur de la Grande Région sont évoqués en trois temps.

1. Quels équilibres frontaliers - nouveaux résidents?

Dans cette première thématique abordée par Vincent Hein de la Fondation Idea, l'auteur précise que lors des dix dernières années, la population luxembourgeoise a augmenté de 24% avec 118 000 habitants supplémentaires. Sur la même période, 99 200 emplois ont été créés, soit une augmentation de 30%. 48 000 de ces nouveaux postes sont occupés par des frontaliers. D'ici 2030, tous les ans, 9 700 nouveaux travailleurs étrangers sont attendus au Luxembourg.

2. Vieillissement structurel de la population

À travers ce deuxième sujet, Frédéric Durand du Liser souligne qu'en Grande Région, de 2000 à 2016, les plus de 65 ans ont compté plus de 400 000 personnes dans leurs rangs, soit une augmentation de 20% en 16 ans. Les plus de 65 ans représentent aujourd'hui 20% de la population totale de la Grande Région. Ce pourcentage atteindra les 25% à l'horizon 2050 lorsque 3,2 millions de personnes âgées de plus de 65 ans habiteront en Grande Région. Ce qui ne restera pas sans conséquence sur la population active.

3. Le transfrontalier à l'horizon 2035

En Europe, aucun autre pays que le Luxembourg ne compte un taux aussi élevé de travailleurs frontaliers rappelle Michaël Vollot d'Agape. Selon nos derniers chiffres, ils étaient 205 592 personnes en mai 2019. Ce chiffre a triplé en 20 ans et de profondes mutations démographiques sont attendues d'ici 2040-2060, est-il précisé dans les Cahiers de la Grande Région avec un constat: la population en âge de travailler (15-64 ans) pourrait baisser de 670 000 personnes d'ici 20 ans.

Au niveau des flux des travailleurs frontaliers, Michaël Vollot souligne que le flux allemand va ralentir, car le nombre d'actifs va diminuer, le flux belge se maintenir et le flux français s'intensifier. De 2014 à 2035, 70% de frontaliers français supplémentaires sont attendus au Luxembourg. En 2035, le Nord-lorrain rassemblerait même la moitié des 267 300 frontaliers potentiels. Nouveau casse-tête en perspective au niveau de la mobilité?

(fl/L'essentiel)

Ton opinion