«Panama papers» – Le FN épinglé dénonce l'activité du Luxembourg

Publié

«Panama papers»Le FN épinglé dénonce l'activité du Luxembourg

Directement accusé ce mardi dans le scandale d'évasion fiscale, le Front national réfute et dénonce lui «les vices» d'un système symbolisé notamment par le Grand-Duché.

Des proches du parti d'extrême droite français, le Front national, sont accusés ce mardi d'avoir usé de sociétés-écrans pour sortir de l'argent du territoire français.

Des proches du parti d'extrême droite français, le Front national, sont accusés ce mardi d'avoir usé de sociétés-écrans pour sortir de l'argent du territoire français.

Illustration

«Un système offshore sophistiqué a été mis en place» par «le premier cercle de fidèles» de Marine Le Pen, la présidente du parti français d'extrême droite Front national (FN), affirme ce mardi Le Monde en s'appuyant sur les documents des «Panama papers». Ce système «entre Hong Kong, Singapour, les îles Vierges britanniques et le Panama», a été «utilisé pour sortir de l'argent de France, au moyen de sociétés-écrans et de fausses factures avec la volonté d'échapper aux services antiblanchiment français», ajoute le quotidien français.

Dans un communiqué diffusé sur son site Internet, le Front national évoque des «prétendues révélations» et écrit qu'il «n’est pas impliqué dans l’affaire des Panama papers et ne tolérera pas que des amalgames scandaleux soient faits sur son dos.» Dans ce même communiqué, le parti français d'extrême droite, dirigé par Marine Le Pen, évoque directement le cas du Luxembourg, qui représente les «vices d’un système qui porte un nom bien connu: la mondialisation sauvage».

Pourtant Le Monde, ce mardi, met en avant le rôle de l'expert-comptable Nicolas Crochet et de l'homme d'affaires Frédéric Chatillon, patron de la société Riwal, qui réalise des prestations de communication pour des candidats FN. Un montage complexe aurait notamment permis de faire sortir 316 000 euros du territoire français.

(NC/L'essentiel/AFP)

Ton opinion