Au Luxembourg – Le Freeport se spécialise dans les oeuvres d’art

Publié

Au LuxembourgLe Freeport se spécialise dans les œuvres d’art

LUXEMBOURG – Les gérants du Freeport ont livré ce lundi quelques éléments sur le développement de l’infrastructure.

Robert Goebbels est devenu président du conseil d'administration du Freeport.

Robert Goebbels est devenu président du conseil d'administration du Freeport.

Editpress

«Comme toute société qui se lance, il y a eu quelques problèmes pour se développer au début. On ne dégage pas encore les bénéfices escomptés, mais on reste sur une bonne trajectoire et d’ici avril 2017, pour la prochaine assemblée générale, on espère pouvoir donner de bonnes nouvelles», a commenté ce lundi Robert Goebbels, nouveau président du Freeport Luxembourg.

L’ancien ministre de l’Économie luxembourgeois a été proposé par le sortant Olivier Thomas, l’un des principaux actionnaires avec le Suisse Yves Bouvier, qui s’est lui mis en retrait de la gestion du Freeport en raison de ses démêlés judiciaires. Depuis son ouverture fin 2014, les 11 000 m² du coffre-fort géant ultrasécurisé sont remplis environ aux deux tiers de biens de haute valeur sous le régime de la zone franche, et sous contrôle de l’administration des douanes. Les volumes et les détails des marchandises sont imprécis car les opérateurs, des entreprises privées agrées, peuvent rester relativement discrets.

«Y sont entreposés toutes les classes d’actifs pour lequel il a été conçu: œuvres d’art (peintures, sculptures et même œuvres digitales), métaux précieux, vins, voitures, et des autres actifs», liste David Arendt, administrateur délégué à la gestion journalière. Mais c’est bien l’art qui fait toute la spécificité de l’infrastructure. «On voit se développer un cluster “art et finances”», poursuit David Arendt. Des courtiers et des sociétés d’assurance spécialisés, des prêteurs sur gage, des sociétés de conseil sont ainsi présentes. Un laboratoire spécialisé dans les analyses scientifiques qui certifiera l’authenticité des œuvres, est aussi en train de naître. Le tout occupe actuellement une soixantaine de personnes.

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Ton opinion