Attaque en France – Le gendarme héroïque est mort de ses blessures

Publié

Attaque en FranceLe gendarme héroïque est mort de ses blessures

Arnaud Beltrame, le lieutenant-colonel de gendarmerie qui s'était substitué aux otages dans l'Aude, est décédé samedi, portant à quatre le nombre de morts lors des attentats.

Le lieutenant-colonel de gendarmerie qui s'était livré au preneur d'otage en échange de la libération d'autres personnes retenues lors d'attaques dans le sud-ouest de la France est mort dans la nuit de vendredi à samedi, a annoncé samedi le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb. Le président français Emmanuel Macron a également rendu hommage à l'officier «tombé en héros» et qui mérite «respect et admiration de la nation tout entière». Il a fait «preuve d'un courage et d'une abnégation exceptionnels», a ajouté Emmanuel Macron dans un communiqué.

Cela porte à quatre le nombre de personnes tuées vendredi dans le sud-ouest de la France lors d'attaques perpétrées par un assaillant abattu par les forces de l'ordre et revendiquées par le groupe État islamique (EI). Seize personnes ont été blessées dont «deux au moins» grièvement, avait annoncé vendredi soir le président français Emmanuel Macron, dont le gendarme qui vient de succomber à ses blessures. Lisbonne a fait état d'un citoyen portugais grièvement blessé.

«Jamais la France n'oubliera son héroïsme, sa bravoure, son sacrifice», a écrit sur son compte Twitter le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb.

Le gendarme «avait laissé son téléphone ouvert sur la table (...) et c'est lorsque nous avons entendu les coups de feu que le GIGN (unité d'élite des forces de l'ordre, NDLR) est intervenu» et a abattu l'auteur de l'attaque, qui se réclamait du groupe jihadiste, État islamique, avait expliqué vendredi après-midi Gérard Collomb. «Un acte d'héroïsme comme en sont coutumiers les gendarmes, les policiers qui s'engagent au service de la nation», a conclu le ministre. Il avait été blessé par balle à deux reprises et avait reçu plusieurs coups de couteau par l'assaillant, a expliqué une source proche de l'enquête.

L'assaillant, Radouane Lakdim, un Français d'origine marocaine de 25 ans, a mené ses attaques «seul» à Carcassonne et Trèbes, une petite ville située à moins de 10 km de la célèbre cité fortifiée, a indiqué le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

Courage

Le président Macron a salué le «professionnalisme» des forces de l'ordre et le «courage» du gendarme qui «s'est porté volontaire pour se substituer aux autres otages». «Il a sauvé des vies», a-t-il ajouté. «Nous avons depuis plusieurs années payé le prix du sang pour savoir la dangerosité de la menace terroriste», a encore dit le chef de l'État, tout en exprimant sa «détermination absolue» à lutter contre le terrorisme. La France reste traumatisée par une série d'attentats en 2015 et 2016, qui ont fait 241 morts et des centaines de blessés.

(L'essentiel/afp)

Deux personnes en garde à vue

Un ami de Radouane Lakdim, l'auteur des attaques meurtrières de Carcassonne et Trèbes dans l'Aude, a été placé en garde à vue dans la nuit pour association de malfaiteurs terroristes criminelle, a-t-on appris samedi de source proche de l'enquête. Il s'agit d'un mineur né en 2000, a précisé cette source. Vendredi soir, une première personne proche de Radouane Lakdim, «qui partageait sa vie», avait déjà été placée en garde à vue, avait indiqué le procureur de la République de Paris, François Molins.

Ton opinion