Affaire Quatennens: Le geste «insupportable» de Mélenchon sur un journaliste

Publié

Affaire QuatennensLe geste «insupportable» de Mélenchon sur un journaliste

Critiqué pour ses tweets de soutien au député qui a reconnu avoir violenté son épouse, le patron de La France insoumise a tapoté la joue d’un journaliste qui l’interrogeait, jeudi matin.

par
joc

Il y a le feu dans la maison LFI. Déjà embarrassé par l’affaire Adrien Quatennens, qui a reconnu avoir violenté son épouse, le parti doit gérer par-dessus le marché la polémique Mélenchon. Le patron de La France insoumise a fait scandale en prenant la défense du député sur Twitter, dimanche. La Première ministre Élisabeth Borne a d’ailleurs jugé «évidemment extrêmement choquant d’avoir quelqu’un qui banalise les violences intrafamiliales».

Cette polémique ne semble pas chiffonner Jean-Luc Mélenchon, qui persiste et signe. Jeudi matin, l’ancien candidat à la présidentielle française a été alpagué par plusieurs journalistes qui voulaient l’interroger sur ses fameux tweets. L’Insoumis a d’abord tenté de faire diversion en parlant de la réforme des retraites. Mais il a semblé piqué au vif quand un journaliste de «Quotidien» lui a demandé s’il regrettait ses publications en soutien à Adrien Quatennens. «Je pèse mes mots tout le temps. C’est vous qui regrettez ce que vous êtes en train de dire», a-t-il répondu.

Journalistes outrés

Mélenchon a accompagné ses propos d’une petite tape sur la joue du journaliste qui, visiblement estomaqué, a enchaîné: «Vous les avez pesés, là?» L’attitude du patron de LFI n’a pas tardé à faire scandale sur Twitter, certains journalistes dénonçant une «intimidation lamentable», un politicien «en roue libre», un geste «insupportable» ou encore «une honte».

Jérôme Rivière, député européen et ex-vice-président de Reconquête, a pour sa part dénoncé la «condescendance» de Mélenchon. «Si un responsable politique de droite s’était permis une chose pareille, on en aurait entendu parler au JT…», s’est-il indigné. Gilbert Collard, proche d’Eric Zemmour, a lui tenté un jeu de mots pour réagir à la polémique.

Dimanche sur Twitter, Jean-Luc Mélenchon avait dénoncé «la malveillance policière, le voyeurisme médiatique, les réseaux sociaux», saluant en revanche la «dignité» et le «courage» d’Adrien Quatennens. Avant de tenter de corriger le tir dans un deuxième tweet: «Une gifle est inacceptable dans tous les cas. Adrien l’assume. C’est bien».

Sommées de répondre sur Mélenchon et la gestion de LFI, qui essuie sa troisième affaire de mœurs en un an après les affaires Coquerel et Bouhafs, des députées insoumises n’ont pas caché leur malaise en conférence de presse, mardi matin.

Ton opinion

5 commentaires