Budget 2014 – Le gouvernement prévoit un déficit de 545 millions

Publié

Budget 2014Le gouvernement prévoit un déficit de 545 millions

LUXEMBOURG - Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, a présenté, ce mercredi, le premier budget de la nouvelle coalition.

L'État luxembourgeois va se serrer la ceinture.

L'État luxembourgeois va se serrer la ceinture.

AFP

Afin d’assainir ses finances, l'État luxembourgeois fera 231 millions d'euros d’économies en 2014. Telle est l'annonce faite par le ministre des Finances, Pierre Gramegna (DP), ce mercredi, à la Chambre des députés.

Concrètement, le gouvernement réduira ses investissements de 137,2 millions d'euros et ses coûts de fonctionnement de 50 millions d'euros. Un montant qui correspond à des économies de 8,5% dans les ministères, et non de 10% comme initialement annoncé. La coalition réduira également ses frais de personnel en réduisant le nombre de nouveaux fonctionnaires embauchés. Seuls 150 nouveaux contrats de travail seront signés, une baisse de plus de 50% par rapport à 2013. Une mesure qui réduit les dépenses de l'État de 9 millions d'euros. Finalement, le nouveau système des bourses d'études permettra d'épargner 35 millions d'euros.

Une augmentation de la TVA en 2014?

En tout, les dépenses de l'État se chiffreront à 14,76 milliards d'euros soit une hausse de 3,5% par rapport à 2013. Le Luxembourg respectera ainsi le pacte de stabilité européen qui lui autorise une hausse des dépenses publiques de 3,8% par an. Il s'agit de la plus faible croissance des dépenses depuis 2007, selon Pierre Gramegna. Avec des recettes de 14,21 milliards (un plus de 5,1%), le déficit se chiffrera ainsi à 545,1 millions d'euros, soit à 1,1% du PIB. Cela constitue une «baisse importante» par rapport au déficit de 726,1 millions d’euros en 2013.

La dette publique passera de 10,4 à 11,3 milliards d'euros. Exprimé en pourcentage du PIB, son niveau restera stable et se situera à 23%. Un niveau conforme aux objectifs du gouvernement de maintenir la dette à moins de 30% du PIB. En 2014, le produit intérieur brut devrait atteindre 48,74 milliards d'euros.

Pierre Gramegna a affirmé que les calculs actuels ne contiennent pas de hausse de la TVA. Pourtant il n'a pas confirmé que cela signifiait automatiquement que l’augmentation était reportée à 2015. Il a précisé que Xavier Bettel annoncera la date d’introduction de la hausse lors de son discours sur l’état de la nation.

(lb avec PaT/ L'essentiel)

Les réactions:

Luc Frieden (CSV): Je préfère analyser le budget en détail avant de le critiquer. Pourtant, le gouvernement aurait pu faire plus d’efforts pour réduire ses dépenses, notamment au niveau des coûts de fonctionnement.

Serge Urbany (déi Lénk): Le budget est déterminé par les critères des agences de notation et non par ceux de Maastricht. Nous respectons déjà les critères européens, donc pourquoi maltraiter les citoyens en réduisant les investissements et en touchant aux bourses d’études?

Eugène Berger (DP): La coalition a pour objectif de remettre le budget à l’équilibre. Dans le peu de temps qui lui a été imparti pour réaliser le nouveau budget, un maximum a été fait. Le gouvernement montre le bon exemple.

Alex Bodry (LSAP): Le gouvernement a pris un engagement clair. Les dettes d’aujourd’hui sont les impôts de demain. D’où l’intérêt de réduire la dette d’État, dès maintenant.

Viviane Loschetter (Déi Gréng): Chaque euro dépensé a été soupesé afin de savoir s’il doit être dépensé ou pas. Je me réjouis aussi qu’au niveau des investissements, la mobilité et le tram restent la priorité du gouvernement.

Ton opinion