Sécheresse: Le Grand Lac Salé d’Utah à son plus bas historique

Publié

SécheresseLe Grand Lac Salé d’Utah à son plus bas historique

Le niveau du Grand Lac Salé d’Utah est à son niveau le plus bas depuis 1847, lors de l’arrivée des premiers Mormons dans la région de Salt Lake City.

Une voiture devant le Grand Lac Salé, dans l’Utah, le 31 janvier 2017. (Image d’illustration)

Une voiture devant le Grand Lac Salé, dans l’Utah, le 31 janvier 2017. (Image d’illustration)

Getty Images via AFP

Le Grand Lac Salé de l’Utah a atteint cette semaine son plus bas niveau jamais enregistré, victime comme tout l’ouest des États-Unis d’une sécheresse chronique exacerbée par le changement climatique, ont annoncé les autorités locales, qui s’inquiètent de l’impact du phénomène sur l’économie et l’environnement.

Le niveau du lac, l’un des plus grands lacs salés du continent américain, fluctue naturellement en fonction des saisons et des précipitations. Mais jamais il n’avait été aussi bas depuis le début des mesures en 1847, avec l’arrivée des premiers Mormons dans la région de Salt Lake City. Ce record historique avait été battu une première fois en octobre 2021, rappelle dans un communiqué l’Institut de géophysique américain (USGS).

«Ce n’est pas le genre de record que nous aimons battre», précise dans ce communiqué conjoint le directeur du service des Ressources naturelles de l’Utah, Joel Ferry. «Il faut agir de façon urgente pour aider à protéger et préserver cette ressource indispensable. Il est clair que le lac a des problèmes», insiste-t-il.

Sécheresse exceptionnelle

Si l’on se fonde sur les relevés passés, «le niveau du lac va probablement continuer à baisser jusqu’à l’automne ou le début de l’hiver, quand la quantité d’eau entrant dans le lac égalera ou dépassera ses pertes par évaporation», explique l’Institut de géophysique.

Selon les estimations des autorités de l’Utah, le Grand Lac Salé contribue annuellement à hauteur de 1,3 milliard de dollars à l’économie locale, qu’il s’agisse de l’industrie minière, de la pisciculture ou des activités touristiques. Plus préoccupant, la diminution du lac menace aussi de nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs qui y font étape et elle pourrait aussi avoir des répercussions sanitaires pour la population locale.

Des scientifiques ont en effet récemment mis en garde contre les sédiments riches en particules d’arsenic qui tapissent le fond du lac. Ils pourraient être propagés par le vent et empoisonner à terme les humains qui les respirent, si la surface du lac diminue de manière excessive.

La quasi-totalité de l’ouest des États-Unis est en proie à une sécheresse exceptionnelle qui diminue le débit des cours d’eau et fait dramatiquement chuter le niveau des lacs et réservoirs. Les climatologues expliquent qu’il y a déjà eu des sécheresses persistant durant plus de vingt ans dans la région. Mais le phénomène, désormais combiné à la hausse des températures provoquées en grande partie par les activités humaines, est en train de transformer la région.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires