La Belgique touchée – Le groupe EI revendique l'attaque de Liège

Publié

La Belgique touchéeLe groupe EI revendique l'attaque de Liège

Le groupe État islamique (EI) a revendiqué mercredi l'attaque menée la veille, dans la ville belge de Liège, par un assaillant qui a tué deux policières et un étudiant.

Police and forensic police officers work on the scene of a shooting in Liege, Belgium, after a gunman on May 29, 2018 shot dead two female police officers with their own weapons before killing a bystander in a brazen suspected terror attack in Belgium, briefly taking a hostage at a school before being killed by police.
The carnage in the gritty eastern industrial city of Liege began around 10:30 am (0830 GMT) when the attacker armed with a knife repeatedly stabbed the two officers before using their own firearms to kill them, prosecutors said. / AFP PHOTO / BELGA / ERIC LALMAND / Belgium OUT

Police and forensic police officers work on the scene of a shooting in Liege, Belgium, after a gunman on May 29, 2018 shot dead two female police officers with their own weapons before killing a bystander in a brazen suspected terror attack in Belgium, briefly taking a hostage at a school before being killed by police.
The carnage in the gritty eastern industrial city of Liege began around 10:30 am (0830 GMT) when the attacker armed with a knife repeatedly stabbed the two officers before using their own firearms to kill them, prosecutors said. / AFP PHOTO / BELGA / ERIC LALMAND / Belgium OUT

AFP/Eric Lalmand

«L'auteur de l'attaque de la ville de Liège est un soldat de l’État islamique», a affirmé le groupe dans un communiqué mis en ligne par Amaq sur l'application Telegram. Selon l'EI, «il a mené l'attaque en réponse aux appels pour cibler les pays de la coalition» internationale dirigée par les États-Unis, qui lutte contre le groupe jihadiste principalement en Syrie.

L'assaillant, Benjamin Herman, un délinquant belge de 31 ans qui se serait radicalisé, a été abattu par les forces de l'ordre après l'attaque. Le parquet fédéral belge a souligné que selon les premiers éléments de l'enquête il «pourrait s'agir d'un attentat terroriste». Parmi ces éléments, il a cité «le modus operandi auquel l'EI appelle régulièrement sur Internet».

La Belgique, frappée par des attentats jihadistes qui ont fait 32 morts le 22 mars 2016, a été depuis le théâtre de plusieurs attaques contre des militaires ou des policiers. L'attaque de mardi rappelle l'attaque du 6 août 2016 à Charleroi, quand un Algérien s'en était pris avec une machette à deux policières devant l'hôtel de police aux cris de «Allah Akbar». Les policières avaient été blessées et l'assaillant abattu. L'EI a revendiqué cette attaque.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion