Circulation au Luxembourg – «Le GSM au volant, c'est une addiction»

Publié

Circulation au Luxembourg«Le GSM au volant, c'est une addiction»

LUXEMBOURG - Une nouvelle campagne pour le respect sur la route mais surtout contre l’usage du GSM, de nouveaux radars: le ministère continue d’investir pour la sécurité.

Les accidents provoqués par un défaut d’attention sont restés à un haut niveau depuis 2013, avec des pics à 209 en 2015 et à 206 en 2019.

Les accidents provoqués par un défaut d’attention sont restés à un haut niveau depuis 2013, avec des pics à 209 en 2015 et à 206 en 2019.

Deux acteurs qui saluent les bons gestes des usagers de la route façon commentateurs de football, tel est le concept choisi par le ministère de la Mobilité, en association avec la Sécurité routière pour sa nouvelle campagne de sensibilisation baptisée «La belle action».

Derrière ce slogan très sportif, la volonté de saluer le fair-play des automobilistes, cyclistes et piétons, face à des comportements pas toujours au niveau. «Il s’agit d’être attentif tout le temps», martèle le ministre François Bausch.

Dans le viseur du ministère, le trop grand nombre d’accidents provoqués par «l’inattention» au volant, elle-même due en grande partie à l’usage du smartphone. Alors que le nombre d’accidents graves et mortels a diminué en 20 ans au Luxembourg, ceux provoqués par un défaut d’attention sont restés à un haut niveau depuis 2013, avec des pics à 209 en 2015 et à 206 en 2019.

«La route appartient à tout le monde»

De 2016 à 2019, la hausse a même été constante. La diminution enregistrée en 2020 (164 accidents graves et mortels) est un trompe-l’œil lors d'une année marquée par un confinement et une baisse drastique de la circulation durant la pandémie. Les mauvaises habitudes n’ont pas disparu et le recours au télétravail a pu les renforcer.

«Le GSM au volant est une addiction», déplore Paul Hammelmann, président de la Sécurité routière, qui souligne également l’importance «de se respecter sur la route». Un point également abordé par le ministre François Bausch. «La route appartient à tout le monde», a-t-il résumé. Y compris aux cyclistes, plus nombreux, et forcément davantage victimes d’accidents depuis plusieurs années.


«Continuer avec les radars»

Si la campagne de sensibilisation s’est bornée à partager un message positif, la répression n’est pas oubliée, loin s’en faut. L’usage du GSM au volant sera bientôt sanctionné d’une perte de quatre points sur le permis de conduire et des radars vont continuer d’être installés dans les prochains mois et prochaines années.

En plus de la cabine sur l’A13, un radar feu rouge va voir le jour à Hollerich, des radars tronçons seront disposés dans les tunnels sur l’A7 et deux nouveaux radars de chantier seront mis à disposition de la police. «C’est un dispositif qui porte ses fruits, nous allons continuer dans cette direction», conclut François Bausch.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion